Modern technology gives us many things.

Macky répond à Wade par des actes concrets sur la demande sociale

Quand un président de la République répond aux exigences de son peuple, il faut le dire.
Xibaaru a constaté deux avancées majeures dans la politique sociale de Macky Sall : Le recrutement des sages-femmes et la diminution du prix d’un produit de première nécessité : le pain (Mbourou en wolof).
Tout Sénégalais a vu son père ou sa mère acheter le pain pour le petit déjeuner ou le dîner. Et ce produit tant consommé par 95% des Sénégalais a vu le conseil des ministres d’hier diminué son prix. Une avancée significative qui va augmenter le pouvoir d’achat des ménages en difficultés.
Certaines mauvaises langues diront que la diminution du prix du pain n’est rien. Et pourtant les économies calculées sur une année sont considérables pour les ménages défavorisées. Même le « pain-thon » qui est la panacée des populations du Sénégal d’en bas, va connaître une baisse.
En somme, Macky a diminué le prix des loyers, du riz, de l’huile subventionné et maintenant du pain.
Et disons-le en toute exactitude, Macky travaille.
« Et il travaille pour répondre à Wade » selon un de ses proches.
« Et il a oublié et détruit plusieurs choses » selon l’entourage de Wade
Bof ! La Cmu (couverture maladie universelle) laisse encore à désirer et les prix de l’eau et de l’électricité sont encore excessifs.
Les bons aux paysans restent encore impayés malgré les milliards donnés aux huiliers.
Et la situation des étudiants est devenue précaire sous Macky.
Mais d’un autre côté, il vient d’autoriser le recrutement de 1.000 agents de la santé dont 500 sages-femmes. Et cela sans compter les 2000 sages-femmes à envoyer au Qatar…
Ça commence à marcher sauf…Dans la traque « mensongère » des Biens mal acquis.
Penda Sow pour xibaaru.com

2 commentaires
  1. xalaas dit

    vous défendez mal vos patrons

  2. Mané Moussa dit

    Bon, comme je ne suis pas bête, je réfléchis comme un petit gamin de 6 ans sur cette “dimunition du prix du pain. En fait, s’il s’agit d’une subvention donnée aux boulangers avec la caisse de péréquation, j’estime qu’il s’agit d’une arnaque aux élections car nulle ne peut subventionner pendant plusieurs années une denrée de première nécessité sans creuser le déficit, c’est à dire les dettes. Et je crois savoir que le FMI s’opposera à une telle mesure. Alors, s’il s’agit d’une mesure arbitraire non préparée, les boulangers eux savent quoi faire; ils joueront à la gonflette des miches de pain ou démunieront leur taille ou leur poids. Et qui mieux?

Les commentaires sont fermés.