femme sénégalaiseC’est fait. Le Président de la République a promulgué la loi sur la nationalité sénégalaise apportant des modifications aux articles 5,7,8,9,10 et 12 de la loi n°61-10 du 7 mars 1961 déterminant la nationalité sénégalaise. Ces modifications règlent définitivement le traitement différencié entre l’homme et la femme quant à la transmission de la nationalité sénégalaise par le mariage, la filiation et l’adoption.

Le président Macky Sall, par cette loi renoue avec les engagements internationaux du Sénégal, résultant notamment de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

Car faut-il le rappeler, la femme sénégalaise ne pouvait pas transmettre sa nationalité à son enfant. Seul le père sénégalais pouvait le faire : comme si la femme sénégalaise n’existait pas. Elle était la femme d’un sénégalais et non sénégalaise.

Il était aussi pratiquement impossible de transmettre sa nationalité sénégalaise à un enfant adopté. Ce qui voulait simplement dire que l’adoption n’était pas une réalité formelle au Sénégal.

Et pour le mariage, la naturalisation du conjoint d’un sénégalais relevait du parcours du combattant.

Macky a mis fin à toutes ces inégalités

journal officielDans le journal officiel de la République du Sénégal datant du 29 juillet 2013, le Président de la République a promulgué :

 

Article 5 : est sénégalais tout enfant né d’un ascendant au premier degré qui est sénégalais.

 

Article 7 : l’étranger qui épouse une sénégalaise ou l’étrangère qui épouse un sénégalais acquiert à sa demande la nationalité sénégalaise après 5 ans de vie commune…

 

Article 9 : l’enfant qui fait l’objet d’une adoption plénière acquiert la nationalité sénégalaise…

Cette loi met fin à la sénégalité masculine de notre nation.

Femmes sénégalaises, vous existez depuis le 29 juillet 2013 et l’histoire retiendra que le 4ème président du Sénégal a reconnu et érigé votre féminité dans la dignité de la nation.

Doudou Andy NGOM.xibaaru.com

PARTAGER