Modern technology gives us many things.

Macky mérite-t-il une sanction à mi-mandat et Wade la gloire deux ans après sa chute ?

La valeur d’un choix se mesure dans le futur

   Le 25 mars 2012, le peuple sénégalais, suite au second tour de l’élection présidentielle, a plébiscité le candidat Macky SALL à 65% des suffrages, le conférant ainsi légalement mais aussi légitimement, la noble et exaltante mission de conduire pour 7 ans, les destinées de ses compatriotes vers des lendemains qui chantent. Dès lors, on est en droit de s’interroger que, parmi tous les candidats à la présidentielle de 2012, pourquoi l’écrasante majorité des sénégalais a orienté son choix vers le candidat Macky Sall ? Est-ce pour les qualités intrinsèques de l’homme ou pour la pertinence du programme qu’il avait en bandoulière à savoir le “yonnu yokkute” ou “l’itinéraire du progrès”. Le temps est le seul juge, a-t-on l’habitude de dire. Après Vingt-quatre mois de magistère, peut-on affirmer que la mayonnaise “made in Sénégal «a pris forme?       

   Analysant de très près certains faits (grève, marche, mouvement d’humeur…népotisme,), gestes (incivisme généralisé…) et réactions (cout de la vie, chômage chronique des jeunes, situation des immigrés) émis par une majorité non négligeable de citoyens sénégalais, nous sommes tentés de répondre sans risque de nous tromper par la négative.

   Aussi, l’irruption minutieusement calculée, ainsi que la tentative d’occupation de la scène politique sénégalaise, après deux ans d’absence, de l’ex président de la république, alors candidat malheureux à sa propre succession en 2012, nous conforte davantage dans cette thèse. Qu’est-ce qui peut expliquer qu’en si peu de temps, le Président Abdoulaye Wade a réussi la prouesse de vouloir abréger le délai de grâce que les citoyens sénégalais auraient dû accorder encore davantage au régime du Président Macky Sall ?       

    Il me semble qu’en dépit des efforts fournis par le gouvernement pour la relance de notre économie, les actes posés ne sont pas encore à la hauteur des engagements pris par le candidat Macky Sall, lors de la campagne électorale de 2012, d’où la lassitude dans l’attente des populations de voir leurs préoccupations respectives, correctement prises en charge par le gouvernement actuel.

   Mais ce dysfonctionnement noté entre les réalisations concrètes et les promesses électorales ne peut et ne doit être un terreau fertile, propice à l’exploitation politicienne d’un groupuscule qui, pendant 12 ans, investi de prérogatives exorbitantes de puissance publique, a malmené nos institutions républicaines, dompté la justice à leur profit, piétiné les règles de transparence, détruit nos valeureuses infrastructures sociales par l’achat des consciences à coups de milliards, opéré une tentative de monarchisation du pouvoir, bref…autant d’actes et de contre- valeurs républicaines érigés en principes constitutionnels non-inscrits, dans leur manière de faire fonctionner une république en ce troisième millénaire.                                                                                                                                                                                                                    

   En aucun cas, le peuple sénégalais ne peut perdre de vue que le moment opportun pour décider du sort définitif du régime de Macky Sall n’est pas encore arrivé, quel qu’en soit le jugement positif ou négatif du bilan à mi-parcours du gouvernement.

   Pour dire que le nouveau type de citoyen sénégalais dont prône la société civile doit revêtir de tout son sens, en étant très attentif aux tentatives machiavéliques de manipulations et de récupération aux fins de torpiller ce qui nous reste des piliers fondamentaux de la république à leur service pendant 12 ans.

   Dès lors que le peuple sénégalais a estimé et compris la valeur exacte de la carte d’électeur, il ne lui est plus permis d’opérer des errements de manière à vouloir fixer son regard sur le rétroviseur et faire machine arrière en pleine compétition. Cela, les défenseurs attitrés et infatigables de notre chère république qui s’affirme et se consolide de jour en jour, ne l’accepteront jamais et se dresseront sur le chemin des manipulateurs et objecteurs de conscience qui n’agissent que pour leurs intérêts crypto personnels.

   Si les sénégalais semblent se tromper sur leur choix en 2012, tant mieux, mais nous en tirerons toutes les conséquences et l’assumerons en toute responsabilité, dans la dignité, mais aussi, surtout dans la paix et la stabilité maximale de notre pays, jusqu’aux prochaines joutes électorales.

  Les cimetières sont pleins d’hommes compétents, mais le Sénégal continue sa marche vers le développement durable. Avec l’émergence de jeunes cadres, compétents, travailleurs, dignes et vertueux, les sénégalais, dotés d’un esprit de dépassement, ont fini de ranger dans les tiroirs de l’histoire, la fixation sur un homme, quel qu’en soit son mérite. Ceux qui ne le comprennent pas ainsi, accuseront du retard à se remettre de leur décadence.

Abdou Fatou NDIAYE

Giurista, Opinionista

 Brescia Italia

Les commentaires sont fermés.