Modern technology gives us many things.

Position sur le francs Cfa : Macky désavoué par des…

La déclaration du chef de l’Etat Macky Sall indiquant que le franc Cfa est une bonne monnaie a été comme un déclic qui a enclenché une vague d’indignation contre la monnaie dans l’espace de l’Union monétaire ouest africaine (Uemoa). Des économistes, des panafricanistes et même des politiques se sont mobilisés, hier, à travers une marche historique pour s’insurger contre le francs Cfa.

« La monnaie CFA a des avantages. Elle a peut-être aussi des inconvénients, mais peut-on tout de suite la jeter et engager une aventure ? Je ne sais pas. Je n’ai pas les arguments qu’il faut pour aller dans cette direction. Par contre, nous devons améliorer le fonctionnement de la zone monétaire. Par exemple, la manière dont la Banque centrale doit accompagner les États dans leur politique de développement. C’est là une question de fond », avait dit Macky Sall, lors d’un entretien avec Le Point Afrique en marge de sa visite d’Etat effectuée en France en décembre dernier, avant d’ajouter que « le franc Cfa est une bonne monnaie à garder ».

Eh bien, ceux qui ont manifesté, hier, à l’instar de Kémi Séba, Guy Marius Sagna, Ndongo Samba Sylla, entre autres, en Afrique et en Europe ne sont pas de cet avis. A les en croire, penser une Afrique nouvelle, c’est penser l’émergence d’un continent libéré du joug impérialiste, qui prend en main son économie et gère directement l’exploitation de ses propres ressources naturelles. La monnaie est un attribut de souveraineté. Or, le franc CFA, cheval de Troie du néocolonialisme, empêche évidemment cette impulsion.

En tout cas, il est temps que l’Afrique prenne son destin en main. Car comment concevoir que nos économies finissent dans le trésor français sans aucune possibilité pour les pays de la Zone franc d’en user comme bon leur semble ? Comment peut-on accepter de mendier et crouler sous les dettes alors que nos économies dorment dans les caisses de la France ? Pourquoi au lieu de nous perfuser à compte gouttes, la France ne nous rend-t-elle pas nos biens ? Pour quelle raison nos dirigeants ne se battent-ils pas pour des causes qui servent l’Afrique ? Voilà des questions qui méritent des réponses claires de la part de nos dirigeants en espérant que la lutte porte les fruits escomptés.

Les commentaires sont fermés.