pesage intAnnoncé pour ce Lundi 9 Décembre, le démarrage de la campagne de commercialisation arachidière n’est pas encore effectif dans le département de Bignona. Xibaaru a fait le tour des points de collecte pour constater qu’aucun signe d’un début de vente n’est visible. Les responsables des coopératives et les responsables de la commercialisation trouvés dans certains sites se tournent les pouces, rien à faire.

opérateursLes opérateurs locaux n’ont pas encore de financement pour démarrer les opérations d’achat des graines d’arachide malgré l’annonce faite par l’état de mettre 10 milliards dans cette campagne.  Des difficultés avec la  caisse nationale de crédit agricole (CNCA) sont à l’origine de ce dysfonctionnement. Les opérateurs reconnaissent n’avoir pas encore remboursé la dette contractée pour l’achat des semences et l’engrais. Pour eux, il faut terminer la campagne de commercialisation pour pouvoir payer la dette mais la banque ne l’entend pas de cette oreille et refuse de faire un cumul de prêts, normal.
Dans certains points de collecte, nous n’avons trouvé que de l’engrais (urée) non vendu et qui meuble pour l’instant les magasins devant servir à stocker les graines d’arachide. Jusqu’à quand va durer ce fiasco qui entoure le démarrage de la campagne de commercialisation de l’arachide ? De toute  façon, le faux départ est consommé. Reste maintenant à attendre que les opérateurs trouvent des stratégies pour avoir des financements pour démarrer la campagne.
pesage 1Mais xibaaru ne s’est pas arrêté là, votre site s’est rendu dans les champs d’arachide pour voir dans quelles dispositions se trouvent les paysans. Grande a été notre surprise d’apprendre que beaucoup d’entre eux ne sont pas prêts à vendre leurs graines dans le marché officiel (point de collecte validé par l’état). Les paysans jugent le prix de 200f/kg dérisoire par rapport à leurs efforts physiques et financiers. Ils refusent de vendre à perte. La seule alternative pour eux est de vendre leur production dans le marché parallèle alimenté par les « bana bana » (opérateurs privés) qui achètent le sac de 5Okg à 18 000f CFA soit 360 f le kilogramme.  Cela a fait baisser considérablement le tonnage habituellement collecté dans les points de vente officiels. Par exemple, un commis peseur nous a fait savoir que là où il recevait 200 tonnes d’arachide avant, il n’en a collecté que moins de 50 tonnes la dernière saison.  Cela aussi est lié au manque de motivation des paysans pour la filière arachidière. pesage 2Ils disent qu’ils travaillent et dépensent énormément pour gagner très peu faute de matériels agricole, de bonnes semences et surtout un accompagnement insuffisant de la part de l’état. Ils préfèrent alors se lancer dans d’autres spéculations beaucoup plus productives et plus rentables. Par contre, d’autres paysans n’ont pas encore fini de traiter leur récolte comme ce paysan (photo ci-dessus) que nous avons trouvé dans un village de la communauté rurale de Tenghori entrain de battre sa récolte avec ses deux bâtons pour séparer la paille et les graines. Comment faire de grandes productions et de qualité avec ces moyens encore rudimentaires ? Des efforts doivent être faits dans ce domaine pour booster un secteur aussi vital que l’agriculture.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

PARTAGER