Modern technology gives us many things.

L’opposition veut créer un 23 juin bis, le régime ignore les signaux

Il n’est pas exagéré de dire que l’atmosphère qui règne dans le pays à quelques mois de la Présidentielle est délétère. La classe politique n’arrive pas à s’entendre sur les questions essentielles notamment sur le processus électoral. Il n’y a pas vraiment de concertations sérieuses puisque la majorité de l’opposition a boycotté les discussions avec le pouvoir. Du coup, les décisions prises avec l’autre frange de l’opposition sont considérées comme nulles par l’autre partie. Toutefois, s’il y a un point sur lequel l’opposition est en parfait accord, c’est sur la question du parrainage. En effet, même les partis qui avaient accepté au départ de répondre au dialogue n’en veulent pas. Un à un, ils ont préféré quitter la table des négociations. Vont-ils rejoindre les boycotteurs ? Tout porte à  le croire. En tout cas, des manœuvres sont en train d’être opérées pour créer un front de l’opposition contre ledit parrainage.

Pour ne rien arranger, le front social est en plein bouillonnement avec des grèves dans les secteurs de la santé et de l’enseignement. Une aubaine pour les politiciens qui n’hésitent pas à politiser ce désaccord entre le pouvoir et les grévistes. Une occasion rêvée de créer un soulèvement populaire à l’instar du 23 juin 2011. D’ailleurs, même le fameux mouvement M23 ainsi que le « Y en a marre » et la société civile sont entrés dans la danse comme avant la Présidentielle de 2012. Sauf qu’en 2012, il était question d’un projet de dévolution monarchique du pouvoir. Un projet que le peuple sénégalais n’aurait jamais accepté de laisser passer. S’y étaient ajoutés les nombreux autres problèmes comme les coupures d’eau et d’électricité, la hausse du loyer, du gaz et du prix des denrées de premières nécessité. Pour couronner le tout, l’arrogance insupportable dont faisait montre les libéraux commençaient sérieusement à bien faire.

« Le 23 juin n’est plus possible au Sénégal », a dit le ministre de la Justice, le Pr Ismaila Madior Fall. Actuellement, toutes les conditions ne sont pas réunies pour un 23 juin bis. Toutefois, il vaut mieux pour le régime de ne pas chercher à ignorer les signaux qui montrent clairement que c’est ce que recherche l’opposition. Le bilan du chef de l’Etat Macky Sall à lui seul ne le met pas à l’abri d’un 23 juin bis. Ainsi donc, il faut plutôt privilégier la concertation, pas uniquement avec une partie de l’opposition mais avec tous les acteurs concernés par le processus électoral. C’est déjà bien d’envisager de réduire le pourcentage du parrainage de 1% à 0,25%, mais il serait mieux de retirer carrément le projet, si l’opposition n’est pas d’accord. En tout cas, c’est mieux que d’être forcée à faire une reculade en pleine session comme en 2011 avec le ticket présidentiel.

 

Les commentaires sont fermés.