bolloré guinéeLe groupe français Bolloré, condamné jeudi 10 octobre par le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine, banlieue parisienne) à payer plus de 2 millions d’euros au groupe NCT Necotrans dans le litige sur la concession du port de Conakry, vient de libérer via la CARPA le gros chèque au groupe Necotrans, ce mercredi 11 décembre. Détails

C’est presque le bout du tunnel pour l’armateur français, Necotrans, qui vient de gagner son deuxième et ultime bras de fer avec le groupe français, Bolloré dans le sempiternel différent communément appelé « l’affaire du port de Conakry ». Attributaire de la concession du terminal à conteneurs de Conakry, le français Getma International, sera chassé des eaux guinéennes, manu militari, sans fondement juridique, par le nouveau régime en place depuis novembre 2010. La concession sera finalement confiée au groupe Bolloré dont la proximité avec le nouvel homme fort de Conakry ne fait l’ombre d’aucun doute dans les milieux politiques.

L’armateur français NCT Necotrans réclamait 100 millions d’euros de dommages et intérêts en réparation du préjudice subi par sa filiale Getma, évincée brutalement des eaux de Conakry au profit de son rival qui n’a toujours pas montré le contrat de la concession. A l’époque le gouvernement guinéen accusait Getma dont le ticket d’entrée est estimé à quelque 15 millions d’euros de manquements notoires au cahier de charges vis à vis des engagements.

Selon des informations en notre possession, en exclusivité , la décision de justice condamnant le groupe Bolloré à verser 2 millions 118000 d’euros à Necotrans a précipité l’armateur Bolloré de passer à la vitesse supérieure en libérant le chèque via la CARPA, qui fait office de caisse des règlements pécuniaires des avocats. Le chèque, selon une source autorisée contactée par Les Afriques, a été libéré depuis mercredi 11 décembre 2013. Du côté de l’avenue George V, on confirme l’information, et on se frotte les mains. Le groupe Necotrans se tourne vers le Sud du Sahara après la parenthèse douloureuse de Conakry et est en train de développer des projets intégrateurs. Il vient de remporter la concession du terminal vraquier du port de Dakar et devra investir en équipements neufs pour pas moins de 50 milliards de FCFA.
Ismaël Aïdara Les Afriques

PARTAGER