islam laïcitéDepuis quelques semaines, au Québec, une polémique a éclaté autour du port du hijab dans le secteur public suite à l’annonce d’un projet de charte pour la laïcité. Cette charte dite des « valeurs québécoises » vise à interdire le port de signes religieux pour les employées de la fonction publique et parapublique, et donc le hijab.

Plusieurs voix dont beaucoup de juristes, et de personnalités politiques, ont fermement contesté cette charte liberticide et totalement discriminante. Récemment, ce sont deux professeurs, non musulmanes, qui dénoncent ce projet de loi. Afin de montrer leur opposition, elles ont décidé de porter le hijab sur leur lieu de travail, l’Université Concordia, et à l’Université McGill, à Montréal.

Catherine Lu, professeur de science politique (Université McGill), et, Nora Jaffary, professeur d’histoire (Université Concordia), ont porté le hijab sur le campus durant une semaine de septembre, engendrant des discussions et débats au sein de l’Université. Leur geste a ainsi interpellé les étudiants, et le corps enseignant sur ce projet de loi.

Nora Jaffary, a expliqué que pour beaucoup de ces femmes, le port du hijab était un choix délibéré, et non pas quelque chose imposé par quelqu’un. La professeure d’Histoire, espère que leur geste de solidarité encouragera d’autres québécois à soutenir ces musulmanes ciblées par cette loi injuste. Elle espère que d’autres personnes viendront grossir le rang de l’opposition et soutenir ces musulmanes. Leur nombre aura un impact plus grand contre les initiateurs et les partisans de ce projet de charte. C’est ce qu’elle explique au cours d’une interview : « Si beaucoup de personnes portaient des signes religieux, il est impossible de dire qui les a portés, et pour quelle raison, rendant ainsi la situation confuse ».

 ‘’Ce signe de soutien venant de professeures de l’enseignement supérieur public est remarquable. Espérons que d’autres québécois s’opposeront à ce projet de charte qui prétend protéger la laïcité. Une opposition qui s’est déjà fait remarquer. Espérons surtout que le Québec ne devienne pas comme la France, à créer de faux problèmes, à discriminer les femmes musulmanes’’ selon Nora Jaffary.

Par El hadji Diagola pour xibaaru.com

PARTAGER