Modern technology gives us many things.

L’éternelle déclaration de politique générale au Sénégal: A quand les faits?

De un, de deux et de trois déjà sous Macky Sall, en seulement deux ans d’exercice du pouvoir. En se soumettant à la règle républicaine concernant la fonction d’un premier ministre ou chef du gouvernement dans notre chère nation, Mohamed Dionne n’a fait que reprendre, reformuler, pour ne pas dire rallonger les fonds des textes de ses prédécesseurs, tous aux instructions du même Président de la République. Et le grand oral de notre nouveau Premier ministre s’est aussi résumé à un récital des objectifs déjà annoncé sur tous les toits du fameux « Plan Sénégal Emergent ».

Il faut dire qu’au Sénégal, les séances de déclarations de politiques générales deviennent de plus en plus futiles, si elles ne le sont pas déjà. Avec des premiers ministres transitoires dont la durée à la Primature peut même être inférieure à six mois, les populations entendent du tout et de toutes sortes de promesses. Dans des discours diffus et décorés, chacun d’entre eux vient lister une horde de mesures qui peinent à être suivi de faits.

Certes, il ne faut s’en prendre à la personne du premier ministre, mais plutôt de fustiger l’instabilité « primatoriale ». L’Institution a du mal à accomplir ses missions attendues du peuple, car les hommes viennent comme ils partent. Certains ne commencent même pas l’exécution à fonds du sermon tenu devant le Peuple à l’hémicycle. Inutile d’évoquer les pertes financières du contribuable, avec tout ce que la cérémonie représente au Sénégal pour un nouveau Premier ministre. On en a vu des discours de politique générale aux allures de meeting politique ou des scènes de tiraillements entre opposition et majorité sur des broutilles.

La question est de se demander pourquoi un Premier ministre ne peut pas continuer les mêmes engagements dévoilés par son prédécesseur d’un régime appelant tout temps à la sobriété ? Nous ne comprenons plus les fonds et les orientations des discours des uns et des autres. Il n’est pas nécessaire de scander la même vision déclinée dans le « Yoonu yokuté », mais de s’atteler à poser des actes tirant notre pays vers le développement. Madame Aminata Touré, deuxième Premier ministre, disait être nommée pour accélérer le rythme d’exécutions des projets posés par le premier Abdoul Mbaye. Pourquoi compter donc sur les nouveaux slogans de Mohamed Dionne qui tenait tout un pays en haleine ? Il devrait plutôt se concentrer sur l’achèvement des projets et programmes mais aussi d’inciter à la création d’un environnement économique beaucoup plus attractif générateur d’emploi et de prospérité. Il est vraisemblable qu’en voulant apporter une autre vision relevant du tâtonnement, le nouveau gouvernement ne fera que ralentir les choses ou bien de commencer à zéro.

Sous Wade, de 2000 à 2012, après que le pays ait connu six premiers ministres, un record ; n’est-ce pas c’est Moustapha Niasse, l’actuel président de l’Assemblée nationale, qui disait un jour dans une interview au lendemain du passage du dernier Souleymane Ndéné Ndiaye, qu’il s’agit de la léthargie, de la liturgie et de la litanie, en résumant le discours de l’homme. Que dire cette fois ?

Et le pire est de s’attendre à un autre chef de gouvernement encore sous Macky Sall. On n’a pas besoin de cirer les bancs de la politologie pour dire que ce Mohamed Dionne ne va pas résister jusqu’aux prochaines élections présidentielles. C’est parce que les hommes réservés et sans base politique, ont une durée plus courte à la tête du gouvernement au Sénégal. Attendons de voir…

Aliou Tambadiang
Université de Neuchâtel, Suisse
alioutambadiang@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.