Modern technology gives us many things.

Les députés de l’opposition boudent l’Assemblée : un juste retour des choses ?

Cette 12e législature a été peinte comme la plus nulle de l’histoire du Sénégal. Ce qui met la majorité dans tous ses états. Mais force est de reconnaître, que même si une telle allégation était exagérée, l’Assemblée nationale sénégalaise n’a pas actuellement une bonne réputation. Les scandales ne cessent ne s’accumuler.

L’affaire du groupe parlementaire des libéraux, les querelles, insultes, perturbations et bouderies, entre autres, ont terni l’image que les citoyens ont du député censé le représenter. Mais la goutte d’eau de trop a été pour l’opposition et même certains désormais ex-membres de Benno Bokk Yakaar, le vote des lois sans débat, le vote à l’aveuglette de la majorité. Aussi, ont-ils décidé de bouder carrément l’Assemblée nationale. Ils ont brillé par leur absence à la session consacrée au vote du projet de loi portant Code pénal sur la répression dul vol de bétail

En effet, à quoi bon assister à une séance plénière si l’on n’est pas en mesure d’avoir les informations qui doivent déterminer son vote ? A quoi bon si ceux qui sont censé voter ne prennent même pas la peine de mesurer le pour et le contre ? On avait l’habitude d’assimiler, à une certaine époque, les députés à des dormeurs, mais ceux qu’on a maintenant sont pire : des députés du Président et non du peuple qui oublient qu’ils ne sont pas élus pour satisfaire l’exécutif.

Faut-il créer un institut de formation pour les députés où on leur apprendrait à quoi consiste leur travail ? Faut-il qu’il y ait pour eux une sorte de code d’honneur qui les oblige à n’agir que pour l’intérêt du peuple ? Parce qu’il semble qu’au Sénégal les politiciens soient loin de mesurer la responsabilité qui est la leur dans la marche du pays. Au contraire, ils ne veulent être élus que pour bénéficier des avantages qu’offre ce statut. A cause de tout cela, il ne faut pas s’étonner de voir que le taux d’abstention lors des élections ne cesse de grimper. Les populations en ont marre d’élire des gens qui ne sont là que pour leur intérêt. Parce qu’à bien y regarder, ils sont tous pareils, ceux qui critiquent aujourd’hui vont reproduire les mêmes pratiques une fois élus et ainsi de suite.

Les commentaires sont fermés.