Modern technology gives us many things.

Les apports financiers extérieurs à l’Afrique devraient dépasser la barre des 200 milliards de dollars en 2013

croissance en afrique RABAT, 30 mai — Les apports financiers extérieurs à l’Afrique devraient atteindre un nouveau record de 203,9 milliards de dollars en 2013 contre 186,3 milliards en 2012, sur fond notamment de la reprise des investissements directs étrangers (IDE) et des investissements de portefeuille, indique un rapport sur les perspectives économiques en Afrique pour l’année 2013.

La part de ces apports extérieurs dans le Produit intérieur brut (PIB) du continent ressort à 9,2 % en 2012 contre 8,3 % en 2011, et devrait s’établir autour de 9,5 % en 2013, renouant avec la moyenne de 9,4 % enregistrée au cours de la dernière décennie, précise ce rapport qui a été présenté lors des travaux précédant les Assemblée annuelles du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) tenus à Marrakeche (au sud du Maroc).

Après trois années consécutives de repli, les IDE vers l’Afrique ont repris en 2012, s’établissant à 49,7 milliards USD contre 42,7 milliards en 2011, soit 2,5 % du PIB de l’Afrique, un niveau inférieur à la moyenne de 2,9 % de la décennie précédente, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI).

Avec 56,5 milliards de dollars attendus en 2013, soit une hausse d’environ 14 % par rapport à 2012, les IDE devraient frôler leur pic historique de 2008, a avancé le rapport qui relève que l’Afrique subsaharienne se taillera probablement la part de lion, alors qu’en 2012 c’est l’Afrique du Nord qui en avait absorbé la moitié.

Pour leur part, les investissements de portefeuille sont nettement rétablis en 2012 à 20,1 milliards USD, selon les estimations du FMI qui table sur une nouvelle augmentation en 2013 à 26,2 milliards, au-delà du niveau d’avant la crise (22,5 milliards en 2006).

Pour ce qui est de l’apport des recettes fiscales en Afrique, il a atteint un niveau record en 2011, à 513 milliards USD contre 466 milliards en 2010. Ces performances ont été plombées par le conflit en Libye, où les recettes fiscales tirées à 90 % du pétrole ont dégringolé à 13,5 milliards USD contre 48,6 milliards en 2010.

Ce rapport a été élaboré conjointement par la Banque africaine de développement (BAD), le Centre de développement de l’OCDE, le Programme de développement des Nations Unis (PNUD) et la commission économique pour l’Afrique.

Les Assemblées annuelles du groupe de la Banque africaine de développement, dont l’ouverture officielle est prévue jeudi, constitue une opportunité pour discuter des thématiques de priorité pour le continent relevant des orientations stratégiques de ladite Banque dans les dix ans à venir, les principales problématiques étant la croissance inclusive, la croissance verte et l’emploi des jeunes.

Les commentaires sont fermés.