L’info a fait le tour de la toile. Après L’Alliance pour la citoyenneté d’Abdoul Mbaye, le Parti démocratique sénégalais, le Rewmi d’Idrissa Seck, la coalition Ndawi Askan Wi de Sonko, Bokk Gis Gis de Pape Diop, la lionne du Baol, Aïda Mbodj a subi la razzia du parti au pouvoir. Ce sont pas moins de dix responsables du mouvement d’Aïda Mbodj, dont son plus proche lieutenant, l’actuel maire Gana Mbaye, qui ont décidé de rejoindre les prairies marron-beige.

L’on se demande ce qui peut bien motiver tout ce beau monde à rejoindre le Macky surtout en pleine période électorale. En effet, ils auraient bien pu le faire avant les élections, alors qu’est-ce qui a changé entre temps pour expliquer cette ruée vers l’Alliance pour la République ? Les milliards dégagés pour la campagne y seraient-ils pour quelque chose ? En tout cas, s’il y a une contrepartie à ces nombreux ralliements, la facture doit être salée pour le camp présidentiel.

Ce qui est sûr, c’est que tous ces responsables venus de l’opposition n’ont pas quitté leurs partis pour les beaux discours sur l’émergence. Va-t-on assister à la mise en place d’une autre institution fantoche pour caser tout ce personnel politique ? La question mérite d’être posée parce que, depuis l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, le nombre de ministres a considérablement augmenté, des agences dissoutes ont été réactivées sous d’autres appellations, idem pour une Institution comme le Sénat qui s’est vu remplacée par le Haut conseil des collectivités territoriales quoi qu’en dise les apéristes.

PARTAGER