Modern technology gives us many things.

Législatives 2017 : le Président Macky Sall en mode innovations

Le chef de l’Etat Macky Sall est en plein dans la campagne pour les élections législatives. Il veut sortir des sentiers battus et tenter de nouvelles expériences. Le fait d’avoir fait du Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne la tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yakaar entre en droite ligne avec sa volonté d’innover. A en croire le coordonnateur national de la coalition Macky 2012, Moustapha Fall “Che”, de récentes études ont montré qu’un parti au pouvoir a plus de chance de remporter des élections législatives avec un Premier ministre comme tête de liste. Parce qu’il est le mieux informé par rapport aux politiques du gouvernement et le plus apte à donner aux populations les réponses adéquates concernant leurs préoccupations.

Mais ce n’est pas tout. Recevant ses militants dans la cité du Rail, le président de l’Alliance pour République leur a enjoint de privilégier les visites de proximités. « Pas de caravanes ni de tintamarre, descendez sur le terrain », leur aurait-il dit. Une directive qui tranche d’avec ce qu’on a l’habitude de voir durant les campagnes au Sénégal. En général, c’est beaucoup de folklore et peu de discours instructifs. L’essentiel, étant de mobiliser les foules et montrer “sa force de frappe”. Et les partis au pouvoir sont les plus enclins à tomber dans ces travers.

Fidèle à son objectif premier, le chef de l’Etat Macky Sall veut présenter un bilan aux populations sénégalaises en attendant 2019. Dans une région comme Thiès, il mise sur les réalisations au niveau de l’hydraulique et de l’électrification pour espérer détrôner Idrissa Seck du Rewmi. La série de voyages et d’inaugurations entamée à quelques semaines des élections ne font ainsi que renforcer les accusations de campagne électorale déguisée.

1 commentaire
  1. saa kadior dit

    Arrêtez la corruption !!
    L’argent sale a-t-il brusquement envahi le Sénégal ? en tout cas c’est le moins qu’on puisse pensé car c’est Macky qui nous faisait croire que c’est cet argent illicite qui circulait au temps de Wade….
    Mais comme par miracle, l’argent réapparait tout d’un coup et cette fois uniquement pour corrompre des adversaires que les temps dures du règne de Macky n’ont pas épargné, pour forcer des marabouts à faire de la politique, des religieux que le sevrage brutal dû à la perte inattendu du pouvoir par Wade à laisser des séquelles bref, l’argent sort pour donner aux ayant droit ce que l’Etat leur devait il ya si longtemps, politique de charme envers des nécessiteux qui n’y croyaient plus. En effet tout est bon pour survivre, bon pour passer le cap des législatives car on dirait que Macky avait choisi d’affamer son peuple pour mieux les corrompre si on sait que ventre affamé n’a point d’oreilles et hélas souvent point de dignité surtout pour certains politiciens qui n’ont de mérite que leur langue.
    Ce chef du parti le plus désorganisé et indiscipliné de la planète, ce prisident le plus nul de Senghor à nos jours a fini de plonger notre pays dans le noir tellement on semble ne plus retrouver nos repères.
    Le moins qu’on puisse espéré est que tous ces vers de terre qui rampent vers le Palais la nuit soient conscients que c’est l’avenir de ce pays qui est en jeu et l’argent qui leurs est donné est le leur mais qu’il sachent que le Sénégal a besoin d’arrêter cette hémorragie avant qu’elle ne nous plonge dans un coma irréversible.
    Ces soi-disant frustrés parce que non investis sont les pires parasites du pays car l’heure n’est pas à la quête d’un poste qui durera 2 ans et même pas mais de s’unir autour de l’essentiel pour bouter ce prisident loin de nos yeux et sauver ce Sénégal qui pleure et nous tend les bras. L’opposition n’a pas des milliards pour vous consoler à l’image du prisident qui distribue des billets pour la Mecque et des millions aux députés les plus nuls de l’histoire du Sénégal.
    L’histoire retiendra les traitres qui, au moment crucial de notre existence ont choisi leur poche et non le peuple. En démissionnant du PDS, Ndeye Gaye, Abib sy et autres ont montré qu’ils ne respectent pas ceux qui ont toujours été délaissé en leur faveur comme si, ils étaient mieux nés que les autres.
    Bon vent et tant pis car vous avez raté le train du changement et des revirements à 360 degré ne vous donnera plus de place dans ce train qui a déjà entamé son parcours.
    « On nous tue mais on ne nous déshonore pas » alors résistons à la corruption, serrons les ceintures même si j’avoue que les temps sont dures afin de franchir le dernier cap qui est là devant nous et que nous n’avons pas le droit de laisser filer cette occasion.
    Saa kadior

Les commentaires sont fermés.