Modern technology gives us many things.

Législatives, les 10 points qui vont plomber les élections

Les élections législatives se profilent à l’horizon et les différents partis et coalitions en lice font tout pour « draguer » les citoyens afin de les convaincre pour avoir le plus grand nombre de députés pour la treizième législature.

Mais ce qu’il faudra prendre en compte en amont, c’est la participation des Sénégalais à ces élections législatives. Chose qui devrait intéresser ceux qui veulent être députés. Et c’est dans ce sens qu’une enquête a été menée pour voir le nombre de Sénégalais intéressés par ces joutes. Et il ressort de ce qui a été glané que plus de 63% des électeurs n’iront pas voter le jour des élections. Malick Diop qui a participé à cette étude indique que si la majorité des Sénégalais optent pour l’abstention, c’est du fondamentalement à 10 aspects qui découragent les citoyens. A l’en croire, la première raison, c’est la perception que les citoyens ont de l’Assemblée Nationale qu’ils considèrent comme une caisse de résonnance et la deuxième raison se trouve être le divorce entre la classe politique et les citoyens.  » Sur ce point, c’est énorme, on est arrivé à 46% des citoyens interrogés qui disent qu’ils ne croient plus à l’action politique », soutient M. Diop. Le troisième point c’est l’inefficacité de l’action publique.

Le quatrième point que déplorent les Sénégalais, selon toujours cette étude, c’est la pratique de la corruption et de l’impunité au niveau de la  classe politique. Les violences politiques constituent le cinquième point de cette enquête: « 24% des citoyens disent s’abstenir parce qu’il y a de la violence », a-t-il fait savoir. A cela s’ajoute l’offre d’alternance politique: « Depuis 2000, les gens se succèdent et ils sont toujours pareils. Le septième point, c’est le défaut de transparence du système:  » les politiciens décrédibilisent le système parce que ce sont eux qui attaquent le système sur le fichier, la transparence.. ». Le huitième c’est la répétition des consultations puisqu’en 5 ans, le Sénégal a connu 5 scrutins, le neuvième, c’est les motifs involontaires: « Le taux de retrait est tellement lent qu’il y a énormément de gens qui pensent qu’ils ne vont pas voter parce qu’ils ne vont pas disposer de leurs cartes d’électeurs. Le dernier  élément qui favorise l’abstention, ce sont les lourdeurs du vote.

 

Les commentaires sont fermés.