Modern technology gives us many things.

Le rapport d’Amnesty concerne “des faits survenus” avant l’arrivée de Macky Sall : c’est Wade !!!

Le gouvernement sénégalais a estimé vendredi que le rapport 2012-2013 d’Amnesty International, rendu public jeudi, traite, dans sa partie concernant le Sénégal, “des faits survenus” avant l’avènement du régime du président Macky Sall, en avril 2012.

macky violation“La publication récente du rapport d’Amnesty international a donné occasion à des commentaires manifestement sans rapport avec le contenu réel du rapport qui, pour l’essentiel, évoque des faits survenus avant l’arrivée au pouvoir du président Macky Sall”, indique un communiqué de son Secrétaire général, Seydou Guèye.

Le texte souligne, en effet, que “dans sa partie consacrée au Sénégal”, le rapport “évoque les violences qui ont précédé la tenue de l’élection présidentielle de février 2012 ainsi que des cas de torture et autres mauvais traitements commis dans certains lieux de détention ou à l’occasion d’interventions des forces de sécurité”.

“Le gouvernement voudrait rappeler que pour tous ces cas cités dans le rapport, les procédures d’enquête appropriées ont été déclenchées. Certaines d’entre elles ont abouti à des décisions de condamnation et d’autres sont en cours. Du reste, le rapport d’Amnesty International ne manque pas d’évoquer l’existence de ces poursuites”, souligne le communiqué.

Le texte assure que le gouvernement du Sénégal “s’attèle au quotidien, depuis son installation, à la promotion et à la protection des droits de l’homme à travers de nombreuses réformes et des actions de sensibilisation et de formation aux droits humains”.

“Par principe et par conviction, le gouvernement du Sénégal ne se contentera jamais de professions de foi, mais plutôt d’actions concrètes en faveur des droits de l’homme et des libertés publiques”, souligne son secrétaire général.

Il signale que “dans le respect de ses engagements internationaux, le Sénégal s’est tourné résolument vers l’organisation du procès des auteurs présumés des crimes internationaux commis sur le territoire tchadien durant la période, du 07 juin 1982 au 01 décembre 1990”.

“Il en a été de même en ce qui concerne les droits économiques, à travers la préservation des deniers publics, la lutte contre la corruption et l’impunité sous toutes ses formes. C’est d’ailleurs ce qui a justifié la création récente de l’OFNAC (Office national de lutte contre la fraude et la corruption) ainsi que l’élaboration d’un texte sur la déclaration de patrimoine.”

Les commentaires sont fermés.