Modern technology gives us many things.

Le Procès Karim Wade : De quoi parle-t-on ? On parle de tout sauf de milliards volés…

C’est une première dans un procès. Et c’est le Sénégal qui fait une piètre démonstration du procès le plus lamentable de l’histoire du Sénégal et d’Afrique.
L’enrichissement
Quand vous êtes accusés d’enrichissement illicite, cela veut dire que vous possédez des biens qui ne correspondent pas à vos revenus. Que vous vivez au-delà de ce que vous rapportent vos revenus et que votre train de vie est exagéré.
Le procureur a constaté tout cela dans le dossier Karim Wade. Selon lui Karim Wade possèdent des biens illicites évalués à plusieurs milliards de FCFA.
Maintenant venu le procès, Karim doit répondre et prouver ses biens illicites. Avec l’inversion de la charge des preuves, Karim n’a pas peur et attends que le procureur déroule la liste des biens pour lesquelles il doit se justifier.
Il attend toujours
Karim attend et rien jusqu’à présent. Il attend depuis le 31 juillet que le procureur déroule la longue liste de ses biens illicites. Mais rien sous le soleil.
Le compte de 47 milliards de Singapour, les comptes de Monaco, le compte de Paris, le Jet privé, les immeubles de Dakar, les voitures de luxe, les chaussures « crocos » et les sacs « Louis Vuitton », les étoiles du ciel…Mettez tout ce que vous voulez, même la Tour Eiffel…
On a rien vu !
Le procureur nous sert depuis deux mois des témoignages. Et aucune preuve matérielle contre Karim Wade. Le procureur de la CREI nous donne que des paroles et rien que des paroles.
Un enrichissement illicite suppose des preuves matérielles. Les Etats-Unis viennent de confisquer les 30 millions de dollars du fils du président Equato guinéen logés dans un compte. Et il l’a lui-même reconnu et accepté. Mais la CREI, qu’est-ce qu’elle a fait et qu’a-t-elle montré de concret ?
Que la CREI disent au Sénégalais, voilà nous avons trouvé ça dans un compte et cela ne correspond pas aux revenus de Karim Wade.
Mais le Parquet spécial reste muet et incapable de montrer quoi que ce soit.
Sidy Niang pour xibaaru.com

3 commentaires
  1. Xeme dit

    La CREI a travaillé sur un principe très manipulateur. C’est parce que le milliard fait toujours tiquer goorgoorlou. Même quand goorgoorlou somnole, vous prononcez le mot “milliard” et il ouvre l’œil. Alors la CREI a listé des milliards et a fait hurlé sa presse. Pas de répit pour le pauvre goorgoorlou: la répétition de milliards volés, c’est ce que la presse de Macky lui offre au petit déjeuner, au déjeuner et au dîner. Et c’est clair de Karim ne peut pas et ne pourra jamais prouver la licéité de ces milliards. Et comment ? Pour prouver la licéité de ces milliards, il faut qu’ils existent d’abord. Et c’est là où se trouve la clef de la manipulation. Le manipulé se croira très intelligent en se disant qu’il est sûr et certain que Karim ne pourra jamais prouver. Et il a raison, le fanatisé manipulé. Mais il oublie que Karim ne pourra pas prouvé ce qui n’existe pas. La CREI a sauté une étape de son travail. La charge de la preuve est inversée dans cette nouvelle mouture dite judiciaire inventée par Macky Sall. Mais c’est la preuve de la licéité qui est inversée et pas la preuve de l’existence de l’accusation.

  2. C.KOUMYinc. dit

    On pleure, on pleure, et bon pleure, on nous barbouille pas, on fait et on nous donne du rêve… djilé la progéniture de Maître et Pdt. A.Wade, mais il y’a rien, c’est l’homme qui a peur, l’un à l’absolu pour le prévenu et les autres pleurent et rient du rien du tout à la divine infinité, c’est marrant fi gnep ayy guentt !
    AFFAIRE A SUIVRE.

  3. B dit

    Procès Wade-fils – Chaude fin d’audience: Karim attaque le Parquet spécial
    Convoqué à la barre pour poser des questions au témoin, Me Patricia Lake Diop, Wade-fils dit avoir aucun commentaire sur la question. Tout ce qui l’intéresse, c’est qu’on parle des 117 milliards de F CFA qui lui sont reprochés. “Je voudrais qu’on me montre ces milliards. Où sont-ils”, martèle Karim qui indique que la question semble gêner le parquet spécial. Une attaque qui ne laisse pas de marbre le Procureur spécial, Alioune Ndao et son Substitut, Antoine Félix Diome.

Les commentaires sont fermés.