Modern technology gives us many things.

Le Président WADE, un homme du concret et de son siècle…

Par le Président WADE, nous avons connu le multipartisme réel, l’alternance, la réalisation des infrastructures et la multiplication des supports médiatiques. Au-delà des réalisations du Président WADE par les infrastructures, sa vision, sa stratégie et son amour du Sénégal, il est louable de revisiter l’histoire du Sénégal pour mesurer l’ampleur de sa contribution dans l’édification de notre démocratie. En effet, les approximations ne suffisent pas pour construire une histoire, surtout lorsqu’elle concerne un pays. Et de cette histoire, quelle que soit sa tendance, elle nous relie à notre terre pour l’aimer et rendre hommage aux acteurs qui ont contribué à l’édification d’une légende, telle que cette démocratie dont on vante les mérites. Nous n’avons pas besoin d’être âgé de cent ans pour nous instruire et la preuve ; un professeur d’histoire âgé de vingt-cinq ans peut enseigner à son propre père un événement que ce dernier a vécu. Par conséquent, c’est par la curiosité, la recherche, de l’effort que l’on arrive à se cultiver et non ce verbiage facile dans lequel tout le monde est expert sous les arbres à palabres. Du multipartisme à la démocratie politique dont l’on croit naturellement être héritier de tout temps sont des vérités subjectives que la revue de l’histoire récente ébranle un tout petit peu. Remettre en cause la paternité au Président WADE du multipartisme et de la démocratie dans son acception Occidentale, c’est méconnaitre l’histoire récente, les chemins qui ont conduit à ce que nous appelons fièrement la démocratie Sénégalaise. Oui, le Président WADE par son intelligence a mené un combat sans effusion de sang pour parvenir à ce stade ultime de l’expression libre de chacun à sa vision de la politique, à sa liberté de mouvement et de manifester.
Le Sénégal peut prétendre connaitre la démocratie depuis 1789, date à laquelle la colonie du Sénégal envoya un cahier de doléances lors des Etats Généraux en France. Cependant, les « délégués » et l’objet des doléances ne sont pas de caractère à considérer qu’il s’agit des prémices d’une réelle démocratie. En effet, les doléances ont été rédigées par des Français et des métis. Et leur objet était qu’elles demandaient de maintenir la traite négrière et de la libéraliser en supprimant le monopole de ce commerce par la Compagnie du Sénégal. Par conséquent, la date de 1789 n’est pas représentative de l’émergence de la démocratie dans notre pays car les intérêts des noirs (Sénégalais) n’étaient pas défendus.
On peut se permettre de considérer ou de croire que les balbutiements d’une démocratie s’opèrent au début de la première guerre mondiale avec l’instauration des quatre communes de « plein exercice » : Saint-Louis, Dakar, Gorée, Rufisque dont les habitants ou originaires étaient des citoyens Français et où le débat politique était autorisé. L’indigénat (les habitants du reste du pays) n’avait pas droit à la libre expression de ses opinions, les travaux forcés y règnent. L’élection de Blaise DIAGNE le 10 mai 1914, le premier député noir, représentant tous les noirs (la majorité), même ceux qui n’ont pas voté pour lui. Cette élection traduisait la fin de l’hégémonie des métis et des blancs mais il n’enlève en rien le caractère non représentatif des Sénégalais dans les institutions Françaises car la majorité est exclue du système de vote ; et Blaise DIAGNE n’a rien changé de cette situation. Bien que Galandou DIOUF s’opposa sans succès à Blaise DIAGNE aux élections de 1928 et de 1932 mais leur politique ne changeait pas quant au droit de vote pour tous. Oui, au moins, il existe deux candidats pour un même poste de député du « Sénégal ». Vers les années 1930, Lamine GUEYE apparut pour s’opposer à Galandou Diouf en s’affiliant à la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO) tout en formant plus tard le Parti Socialiste Sénégalais (P.S.S). Finalement, avec le Bloc Africain, Lamine GUEYE devint le leader populaire et autour de lui se formèrent la plupart de l’élite politique Africaine dont SENGHOR qui n’était pas citoyen Français puisqu’étant né hors des quatre communes. Ensuite, SENGHOR démissionna du parti de Lamine GUEYE parce qu’il doutait que la SFIO puisse accompagner les réformes nécessaires en Afrique et qu’il n’aimait pas l’anticléricalisme de ce parti. Il battit Lamine GUEYE en 1948 et fonda le Bloc Démocratique Sénégalais (BDS) puis le Bloc Populaire Sénégalais (BPS) et enfin, l’Union Progressiste Sénégalaise (UPS) à la veille du référendum de 1958 qui consacra l’intégration du parti de Lamine GUEYE et le « oui » aux indépendances. De l’effervescence des indépendances naquirent plusieurs partis politiques : le Parti de la Solidarité Sénégalaise de Cheick Tidiane SY, le Mouvement Autonome Casamançais d’Assane SECK, le PAI de Majhemout Diop qui seul revendique l’indépendance. Ainsi de 1960, année de notre indépendance à 1966 (SENGHOR dit être élu avec 99% des suffrages en 1963) la vie politique du Sénégal est dominée par l’UPS. Des partis sont interdits ; le PAI en 1960, le BMS de Cheick Anta Diop en 1962, éviction de Mamadou DIA.
En 1974, le parti de Maître Abdoulaye qui voulait se nommer, Parti Socialiste fut devancé par celui de SENGHOR qui devint le PS et Maître Abdoulaye WADE se replia sur le courant libéral démocratique pour fonder le Parti Démocratique Sénégalais qui se définit comme un parti de contribution gouvernementale. Quelle bonne stratégie dans une démocratie frileuse des Etats Africains.
Du libéralisme WADISTE, nous entendons la démocratisation et non la loi du marché ; il s’agit donc, d’un libéralisme social qui se traduit par des actes, tels que la générosité de Maître Abdoulaye, des réalisations d’infrastructures, la construction d’écoles, d’universités, de lycées, d’hôpitaux, de centres de santé, de l’octroi de bourses ou d’aides à tous les étudiants, le recrutement d’enseignants, le développement des transports etc.
En résumé, pour tout projet, être le précurseur ne suffit pas, en être le réalisateur ou le bâtisseur est plus important que les intentions qui ne nourrissent aucun peuple.
Vive le Sénégal, vive la démocratie et vive l’Etat de droit sans la restriction des droits élémentaires des peuples.
Mané Moussa ? Responsable de la Cellule de Communication ASS-Kaw

Les commentaires sont fermés.