Modern technology gives us many things.

Le premier accusateur de Karim, c’est le peuple. Et son premier défenseur c’est…

Les Sénégalais ne doivent pas oublier l’expression « ministre du ciel et de la terre » ou encore les deux mots « dévolution monarchique ». C’étaient les expressions les plus usitées au Sénégal entre 2008 et 2012. Il ne se passait pas un seul jour que les radios, les télés, les foras des sites internet et les contributions ne sortaient ces mots qui avaient un seul dénominateur commun : Karim Wade.
Karim accusé par le peuple
Wade avait fait de Karim Wade le « MICATI ». C’est-à-dire le ministre des Infrastructures, de la Coopération et des Transports aériens. Suffisant pour que les Sénégalais disent de lui qu’il est le ministre du Ciel (transports aériens) et de la terre (Infrastructures). Les Sénégalais dans leur majorité en voulaient à Wade et à son fils Karim. Puis la volonté du Président de changer la Constitution un 23 juin avait scellé le sort de Karim Wade aux yeux des Sénégalais. Il était haï. Et les gens juraient que Karim finirait sa vie en prison. Le peuple l’accusait d’avoir gâché le travail de son père. Il était l’enfant gâté d’une république mourante.
Karim défendu par le peuple
Revoilà Karim Wade, un an après la chute de son père. Il est jeté en prison pour tout ce dont on l’accusait. Les premiers jours de son arrestation, un grand journaliste d’une grande radio se réjouissait de son arrestation et disait à l’ouverture de son journal « il est au gnouf ! Le fils de l’ex président Wade est en prison ». Certains commentaires des journaux du jeudi 18 avril 2013, lendemain de l’arrestation de Karim Wade disaient : « Sur une enveloppe globale de 445 milliards aux investissements dont 88%, soit 371,6 milliards de F CFA, destinés à la mise en œuvre des orientations stratégique, Karim Wade a géré les 47,39% de cette manne financière. Qu’il nous explique où est passé cet argent…Il faut un audit ».
Au fil du temps, l’audit s’est transformé en enrichissement illicite et la Cour de Répression de l’Enrichissement illicite (CREI) a été réactivée. Karim est devenu le créateur des comptes faramineux et le gardien d’une caverne digne de celle d’Ali Baba. Ils ont créé la légende, inventé des mots de passe pour ouvrir des trésors imaginaires. Mais le peuple ne suit pas les légendes et demande la vérité. L’Etat apporte encore d’autres fables en voulant comparer Karim au riche « Baron Münchhausen », un baroque, visuellement très riche, charmant et effrayant.
Alors le peuple arrête le régime et défend Karim Wade. On entend que des « Actions de Solidarité et de Soutien à Karim WADE » ou des « Libérez Karim » ou encore « Macky libère Karim ».
Le peuple devient dès lors, le premier défenseur de celui qu’il avait accusé hier. Parce que le pouvoir actuel voulait jouer avec le peuple en lui servant des fables et des légendes sur une fortune imaginaire cachée dans les mers de Chine par Karim Wade. Et cette seule défense suffit à Karim Wade pour ne plus être un personnage des fables de la CREI.
Sidy Niang pour xibaaru.com

1 commentaire
  1. Xeme dit

    Karim ministre du ciel et de la terre. Slogan pour salir, mais ce slogan est devenu leur piège. Parce que Karim ministre du ciel et de la terre a tissé des affaires dans le ciel et sur terre, via des prêtes noms. Ce sont eux qui le disent. Et quand il s’est agi de se démerder pour trouver des financements pour le Sénégal, à chaque porte que les illuminés de l’Arc en Ciel frappent, ils se retrouvent face à ce qu’ils avaient dit appartenir à Karim. Dubaï, un grand investisseur, mais ils l’avaient accusé de complicité avec Karim. Le Kuwait, Qatar, Arabie Saoudite, ils les avaient accusé d’être des receleurs de 430 milliards du Sénégal. Le Maroc, ils les avaient accusé de complicités avec Karim. La France, Monaco, Londres, USA, leur principe est simple, « vous pouvez faire dire à vos médias tout ce que vous voulez, mais concrètement, nous n’agirons pour aucune de vos demandes, nous ne vous remettrons aucun accusé qui est venu se cacher ici. Mais puisque vous jouez, vous pouvez continuer ».
    Alors que reste-t-il aux distributeurs de titres de journaux ? Faire croire que les pays du monde les respectent dans leur enfantillage, aller présenter ses plates excuses, loin des caméras, pour obtenir des financements de Dubaï, du Maroc pour la fondation de Madame. Mais le hic, c’est que officiellement, les accusations de complicité ne sont pas retirées. Mais ça, c’est pour la consommation des fanatisés, d’où les flagrantes contradictions qui s’affichent. Difficile de courir deux lièvres en même temps.

Les commentaires sont fermés.