Modern technology gives us many things.

Le ministre de la Fonction publique doit partir : il a montré son incompétence

ministre fonctionLe syndicat des enseignants libres du Sénégal, SELS section de Bignona exige le départ du Ministre de la fonction publique et du directeur de l’agence de l’informatique de l’état (ADIE). Selon Yancouba Badji, secrétaire général de la section, le Ministre et le patron de l’ADIE ont montré leur incompétence à mener une mission aussi délicate que l’audit de la fonction publique. Les enseignants sont d’autant plus en colère quand ils constatent, selon toujours Mr Badji, que le Mansour Sy et le DG de l’ADIE refuse de se mettre à l’évidence en reconnaissant le fiasco qu’a connu l’audit. Les enseignants libres de Bignona pensent aussi que les deux responsables de l’audit cités plus haut « ne disent pas la vérité aux sénégalais et  au chef de l’état ». Les camarades de Souleymane Diallo (SG national du SELS) soupçonnent « une chasse aux sorcières » car ne comprenant pas que le Ministre Mansour Sy et le directeur de l’ADIE veuillent coûte que coûte trouver des agents fictifs du côté des enseignants. C’est pourquoi ils exigent que ces derniers démissionnent ou qu’ils soient démis de leur fonction. En  plus, ils réclament « des excuses publiques et l’indemnisation des enseignants victimes pour réparer le préjudice causé à ces derniers ».
Le sels de Bignona qui n’est pas contre l’audit, dénonce plutôt la stratégie que l’état utilise pour tenter de déstabiliser les enseignants. Le secrétaire général de la section de Bignona a indiqué que ses membres sont déterminés à mener le combat pour « ramener le gouvernement à la raison et à la sérénité ». Sa section est en phase avec les décisions prises par le grand cadre des syndicats d’enseignant qui a décidé à l’issue de sa réunion tenue Lundi à Dakar de boycotter les classes Mardi, Mercredi et Jeudi et juste après un préavis de grève sera déposé sur la table du gouvernement pour exiger la signature d’un protocole d’accord. Vu la tournure que prennent les choses, dans ce contexte qui ressemble à un dialogue de sourds, on peut dire sans risque de se tromper que l’on va tout droit vers une année scolaire mouvementée. En plus de cela, il faut garder en repérage les élections locales au mois de Juin. Ça sent la cacophonie.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.