Modern technology gives us many things.

Le chirurgien oublie la pince dans le ventre : des foutaises qui tuent !

ciseau ventreUn patient se plaint de fortes douleurs après une opération. Pendant des semaines ou des mois, on le bourre d’antidouleurs, on lui répète que « c’est normal », que « ça va passer », ou même que « c’est dans la tête ».

Puis un jour, devant son insistance, on refait une radio et on s’aperçoit qu’un instrument chirurgical de 15 cm a été oublié dans son ventre.

C’est ce qui est arrivé à une jeune maman qui avait accouché par césarienne à l’hôpital Charles Nicolle de Rouen. Le 20 décembre, on lui a finalement retiré une pince que le chirurgien avait oubliée et qui lui causait depuis d’atroces douleurs.

Le choc passé, ce que cette jeune maman aurait voulu, c’est que le chirurgien vienne la voir, lui sourit gentiment, et lui dise quelques paroles humaines.

Cela aurait permis de rétablir la confiance, reconnaître l’erreur, et donner quelques explications aussi simples, par exemple, que : « Vous savez, je suis vraiment désolé. Mais j’avais enchaîné quatre opérations ce jour-là. J’étais épuisé ».

Mais non. Le chef de service de l’hôpital s’est contenté d’un bref communiqué : « En 20 ans, ça ne s’était jamais produit ; le risque zéro n’existe pas ».

« Oui, ben, ça arrive ! »

Le cauchemar de Cécile, lui, a commencé en novembre 2012, lorsqu’elle fut opérée de l’estomac à l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

La jeune femme ressent rapidement des douleurs terribles. « Un mois après, j’étais pliée en deux, j’avais particulièrement mal du côté droit », témoigne Cécile. « J’étais gonflée et j’avais un kyste juste au-dessus du pubis. Je suis retournée à l’hôpital, mais on m’a reçue en cinq minutes, sans me palper, et on m’a répondu que tout ça était normal. » raconte-t-elle dans Le Parisien.

Pour atténuer la souffrance, la jeune femme prend de puissants antalgiques en permanence. « Ça me permettait juste de respirer normalement et de marcher », décrit-elle. Pendant cinq mois, elle se rend une dizaine de fois à l’hôpital, obtenant toujours la même réponse.

En avril 2013, son généraliste finit par lui prescrire une échographie. Et c’est là que le plus incroyable commence : l’examen « décèle un corps étranger » mais cela n’inquiète personne. On se contente de lui prescrire un scanner, dans un autre hôpital. Après des jours d’attente, on lui fait passer le scanner, qui confirme la présence d’un « objet métallique », mais Cécile est renvoyée chez elle, avec ses photos sous le bras, sans autre commentaire.

En réalité, une immense pince de 15 cm est parfaitement visible au scanner. Si visible que Cécile, qui n’a aucune formation médicale, s’en aperçoit immédiatement lorsque, enfin, elle ouvre l’enveloppe et regarde elle-même l’image, dans le bus qui la ramène à l’hôpital !!!

Devant ses protestations, l’hôpital accepte enfin de l’opérer mais on lui refuse l’anesthésie générale. Cécile est mal endormie. L’opération est une torture. Après l’intervention, la jeune femme s’attend à recevoir des excuses de la chirurgienne. Au contraire, celle-ci la regarde avec un petit sourire et lui dit « Oui, ben, ça arrive ! ».

Les commentaires sont fermés.