Modern technology gives us many things.

LA PUNITION !

femme qui pleure 1Jamais tunnel n’a été aussi long, sombre et biscornu. Depuis son arrivée à la primature avec la ferme volonté d’accélérer la cadence des réformes, comme si les Dieux ou Djinns avaient dit niet à ce tempo d’enfer, la dame de fer se bat contre des problèmes d’eau. Le ressac, jouant au yoyo avec ses nerfs, s’amuse à l’inonder pour, l’instant d’après, se retirer comme une peau de chagrin, laissant dans son sillage un peuple assoiffé et bouche-bée.

La situation inédite que nous vivons, si nous n’avions pas peur de blasphémer ou si notre entendement cartésien ne nous soufflait pas halte-là, on en tirerait derechef des conclusions hâtives, on aurait soutenu sans ciller qu’un mauvais sort collectif nous est jeté.

Au-delà de l’incurie qui n’est pas imputable à Mimi, elle vient d’arriver, avouons que nous ne sommes pas sur les tablettes du bon Dieu depuis quelques temps.

Pire, nous n’avons même pas pu commémorer dignement nos morts du Djola. A peine avons-nous pu nous recueillir devant leurs mémoires tant ce qui nous tombe sur la tête ressemble aux affres de l’enfer. Nos frères et sœurs du Djola sont partis un mois de septembre sous les eaux et depuis tous nos mois de septembre sont noirs.

Punition collective et tout le monde dans le même sac : bons, mauvais, croyants, mécréants, pieux, impies… tous punis pour nos actes posés ou manqués, nos méchancetés, nos aigreurs, nos lâchetés et surtout pour notre hypocrisie et notre cruauté. On est heureux lorsque quelqu’un souffre, c’est un réflexe. Lorsque quelqu’un est à terre, on a envie de l’écraser. Lorsque quelqu’un gagne de l’argent, on veut qu’il soit ruiné. C’est pour tout cela et plein d’autres choses que nous payons. Aller à la mosquée le vendredi n’y changera rien, on a créé la misère de nos mains, on a créé les conditions pour que les inondations s’installent, on a créé les conditions pour que les pénuries soient possibles… Le Djola on a créé les conditions du drame. Nous faisons tout de nos mains, nous sénégalais.

Les ministres ont manqué de solidarité par rapport à leur collègue Pape Diouf ! Mais bien sûr, il vit sur quelle planète  le Président ? Mais les ministres sont des sénégalais ! Chacun pour soi, Dieu pour tous ! On les compte sur les doigts d’une main les ministres solidaires, il y en a bien sûr et on les connaît. Le reste, arrogance, égoïsme et bunkerisation. Même leurs militants n’arrivent plus à les joindre, ils sont occupés. A quoi ? Allez savoir !

oumou wane 2Oumou Wane

Présidente Africa7

Les commentaires sont fermés.