Modern technology gives us many things.

La Primature anéantit l’espoir du PDS…

Le premier ministre est sur tous les fronts…Mahammed Boun Abdallah Dionne et ses services ne ratent aucune occasion pour défendre le programme du Président de la République et les institutions de la République.

Le PSE de Macky attaqué dans le Journal Français Le Monde, C’est l’ingénieur Informaticien Mahammed Dionne qui est aussi titulaire d’un diplôme de 3ème cycle en économie avec mention qui monte au créneau…

Karim écarté définitivement de la course à la présidentielle par la Justice, le PDS de Wade avait évoqué d’autres arguments pour maintenir leur candidat en lice…Mais c’est sans compter avec les services du Premier ministre qui, par des arguments techniques, démontrent l’irrecevabilité de la candidature de Karim Wade…Voici ci-dessous la réponse servie à Oumar Sarr, secrétaire général national adjoint du PDS par la Primature…

Mon cher Oumar SARR, Karim WADE ne peut pas être candidat à l’élection présidentielle

Selon vous, “même sans carte d’électeur, Karim M. Wade peut être candidat”. Votre fondement juridique est la nouvelle loi électorale qui dispose en son article L. 57 que « Tous Sénégalais peut faire acte de candidature et être élu, sous réserve des conditions et des cas d’incapacité et d’inéligibilité prévues par la loi ».  Et plus loin, vous affirmez par déduction, que “pour être candidat, il faut juste être électeur”, ce qui implique l’absence de lien entre la détention  d’une carte d’électeur et la qualité d’électeur.

Cette argumentation ne saurait prospérer en droit, surtout en droit électoral puisque la qualité d’électeur comme la nationalité d’un pays ne se proclament pas, elles se prouvent. L’expression “Tout Sénégalais électeur” de l’article L. 57, que vous citez, exige la production et la présentation d’une pièce prouvant d’une part, que l’on est sénégalais ; et d’autre part, que l’on est électeur. Or, aucun des deux ne se lit au faciès. L’article L.27 de la loi électorale qui définit ce qu’est un électeur ne dit pas autre chose puisqu’il soutient que “sont électeurs, les sénégalais des deux sexes, âgés de 18 ans accomplis, jouissant de leurs droits civils et politiques et n’étant dans aucun des cas d’incapacité prévu par la loi”.

A cet effet, comment prouve-t-on qu’on est sénégalais et qu’on est âgé de 18 ans révolus ? Ce n’est ni par l’aveu, ni par le témoignage encore moins par la clameur populaire. Mais, le justificatif requis est un document administratif régulier (ici carte électeur). Qui plus est, les articles L.115 et L.116 de la nouvelle loi électorale vont dans le sens de disqualifier Karim WADE en tant qu’électeur et candidat.

Selon le premier texte, la candidature à la présidentielle de la République doit comporter entre autres, “le numéro de la carte d’électeur”. C’est une condition obligatoire déterminée par le verbe devoir utilisé ici (doit). Or, comment produire le numéro d’une carte qu’on ne détient pas ? Pour l’avoir,  il faudrait s’inscrire sur les listes électorales, ce que la loi prive à Karim WADE parce que condamné à une peine de 6 ans d’emprisonnement par la CREI. Cette sanction le rend inéligible en vertu de l’article L.31.

L’autre texte qui est l’article L.116 va plus loin puisqu’il estime que “la déclaration de candidature doit être accompagnée des pièces suivantes (…), une photocopie légalisée de la carte d’identité biométrique CDEAO faisant office de carte d’électeur (ce que n’a pas Karim WADE), un bulletin n° 3 du casier judiciaire datant de moins de 3 mois ( celui de Karim WADE n’étant pas vierge).

Pour toutes ces raisons, M. Karim WADE ne peut pas être candidat à l’élection présidentielle parce qu’il n’est pas inscrit sur les listes électorales et ne détient aucune carte prouvant qu’il est électeur. Ces deux faits étant opérants et établis, il est disqualifié d’office.

Le droit électoral a sa réalité juridique que la réalité politique ignore. Monsieur SARR, vous devez mettre à nu votre plan B pour trouver un autre candidat puisque le plan A qu’est Karim WADE ne prospère ni politiquement ; ni juridiquement. Sinon, au lendemain de la proclamation de la liste des candidats à l’élection présidentielle par le Conseil constitutionnel, le PDS sera forclos et tout autre dépôt ultérieur déclaré irrecevable.

Donc cher Oumar, retenez la leçon de Sénèque : “l’erreur est humaine, mais l’entêtement dans son erreur est diabolique“.

Mouhamadou Mounirou SY

Maitre de Conférences en Droit public

Conseiller du Premier Ministre

Les commentaires sont fermés.