senghor diouf wade« L’émotion est nègre et la raison hellène. » Pris dans un sens vraiment primaire, cette phrase, prononcée par feu Son Excellence Léopold Sédar Senghor, écrivain, poète, académicien, homme politique et ex-président d’origine sénégalaise, bat son plein dans le déploiement ou le redéploiement de la France à travers l’usage de « la francophonie » pour se positionner ou se  repositionner dans ses colonie et dans l’espace mondial. Certains ont salué Senghor pour cette merveilleuse trouvaille de l’émotion nègre et de la raison hellène, d’autres le lui on reproché, parfois vivement ! A tord ou à raison, c’est selon là où l’on se situe.
Toujours est-il que la « Francophonie », pilotée par un autre sénégalais de pure sang, dévoué serviteur de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), Son Excellence l’ex-président Abdou Diouf, se porte toujours à merveille.
L’ouverture de la 7ème édition des jeux de la Francophonie, ce samedi 7 septembre à Nice, au sud-est de la France s’est déroulée en grande pompe dans la liesse. En d’autres termes, dans une ambiance émotionnellement nègre.
Ce, notamment en présence de dirigeants étrangers et autres africains, mais en l’absence de sportifs de plusieurs pays d’Afrique du fait de l’instabilité et des violences qui y prévaut. Malgré un contexte international particulièrement chargé par la quête d’un consensus autour de la punition à infliger à un certain « méchant » Bachar al Assad, le président Hollande était entouré de deux chefs d’Etat africains, l’Ivoirien Alassane Ouattara et le Sénégalais Macky Sall, du président libanais Michel Sleimane et de plusieurs chefs de gouvernement.
Instabilité ou violence dans plusieurs pays d’Afrique ! Il n’y pas de quoi s’alarmer, « la francophonie est d’abord une affaire culturelle. » Cette « culture qui est au début et à la fin du développement». Le président François Hollande qui a officiellement ouvert la 7ème  édition des Jeux de la Francophonie l’a bien magnifié, « La francophonie, ce sont des valeurs, la liberté d’abord, et aujourd’hui même je n’oublie pas les populations francophones dont les libertés fondamentales sont bafouées et dont la sécurité est menacée. Hier c’était le Mali, aujourd’hui ça peut être la Centrafrique ou la République démocratique du Congo. Partout où un pays francophone voit ses droits bafoués, nous devons, nous les francophones, être les premiers à venir leur apporter notre solidarité et notre concours », a, magnifiquement, déclaré le président français dans son discours d’ouverture des jeux de la francophonie. Cependant, cette appréciation de Hollande n’engage pas tous les francophones, La francophonie ? un « excellent machin d’aliénation pour faire jouer et danser les Africains encore et encore, tout en essayant de les éloigner de l’essentiel », a lancé un ancien combattant tirailleur qui a préféré gardé l’anonymat.
En Afrique, il faut toujours rêver et espérer un avenir meilleur. Surtout, comme le disait encore l’autre qui nous a, si bien, formé en néologisme : « L’avenir appartient au métissage…».
Balthazar xibaaru.com
PARTAGER