Modern technology gives us many things.

Kédougou/Rapport du CRESPES 2012 : l’Or de Sabodala est le premier projet du l’Etat du Sénégal

kédougou crespesLe Comité  Régional de Suivi des Politiques Economiques et Sociales(CRESPES) de Kédougou a présenté son rapport d’activités 2012 ce mardi 4 juin 2013 à l’occasion d’une réunion de restitution tenue à la salle Marcel Paravy.

 La séance a été présidée par Hamdy Mbengue, adjoint au gouverneur chargé de développement.

C’est sous la direction de l’ONG AHDIS (Action Humaine pour le Développement Intégré au Sénégal que les CREPES ont été installés dans les 14 régions du Sénégal.

« Les Comités  Régionaux de Suivi des Politiques Economiques et Sociales (CRESPES) ont pour but d’assurer le suivi /évaluation des politiques économiques et sociales au niveau régional, d’animer et mener les campagnes de plaidoyers sur les politiques économiques et sociales, de produire des rapports alternatifs de la société civile sur les stratégies nationales de développement » a précisé M Mamadou Sadiakhou coordonnateur régional du CRESPES à Kédougou.

Il faut dire que cette initiative entreprise par la société civile pour effectuer le suivi des politiques économiques et sociales est salutaire.

 « Le processus enclenché par de société civile par le biais des CRESPES entre en droite ligne avec la volonté de l’Etat dans sa politique de bonne gouvernance. Je reste convaincu que les différents acteurs réunies dans cette salle et compte tenu de leurs expériences acquises ne ménageront aucun effort pour contribuer de manière efficace et efficiente aux efforts de l’Etat pour un développement durable » a précisé M Hamdy Mbengue, adjoint au gouverneur chargé de développement.

Kédougou étant  une région minière, l’évaluation a porté sur l’axe 2 du document de Politique Economique et Social(DPES) c’est-à-dire l’accès aux services sociaux de base, à la protection sociale et au développement durable. C’est dans ce sens que l’équipe de Kédougou s’est intéressée à la gouvernance du secteur minier qui occupe une place de choix dans le développement de cette région.

Des enquêtes ont été menées dans les principales zones d’exploration et d’exploitation minières.

Résultats des enquêtes

« L’exploitation des biens et services représente 2% du PIB, l’exploitation de l’or de Sabodala est le 1er projet de l’Etat du Sénégal. Le potentiel d’or à Sabodala est estimé à 50 tonnes, 500 kg dans les principaux sites d’orpaillage qui mobilisent environ 6000 orpailleurs. » a précisé M Dialyba Tandian, manager général de KEOH.

Il ajoutera par la suite que : « Le rapport du CRESPES de Kédougou en 2012 révèle en outre que les populations et les élus locaux ne sont pas impliqués  dans les modalités d’attribution et de gestion des permis. L’accessibilité  aux textes pose un réel problème, Seuls 4 conseillers sur 50 ont pu accéder physiquement aux textes. Et seuls 4 conseillers sur 50  maitrisent  le contenu des textes. ».

Cette situation crée une certaine instabilité dans les zones d’exploitation dont le facteur déterminant découle d’un réel problème de communication.

Ces résultats ont suscité un débat sur la gouvernance du secteur minier. Tous ont remarqué particulièrement une fuite des capitaux issus de l’or vers l’extérieur et que l’orpaillage est l’activité qui fait le plus souffrir la population. L’Etat ne parvient toujours pas à maitriser ce secteur.

Apres ces échanges les principales recommandations formulées tournent autour de l’élaboration d’un plan de communication pour sensibiliser les populations sur la marche de l’orpaillage et de l’exploitation minière, le renforcement de la sécurité dans la zone, l’identification et la formalisation des orpailleurs puis la création de comptoirs d’achat de l’or.

Adama Diaby. Correspondant xibaaru à Kédougou.

Les commentaires sont fermés.