Modern technology gives us many things.

Kédougou : L’hôpital de Ninéfécha fermé, les malades se ruent vers les charlatans (Reportage xibaaru)

hôpital ninefechaLes populations de Ninéfécha et villages environnants  ne savent plus à quel saint se vouer à la suite de la fermeture de leur hôpital. Cette situation a handicapé une bonne partie de leurs activités économiques, pour les soins, les patients  s’exposent à tous les dangers en faisant recours aux charlatans.

 

Localité située à environ  40 kilomètres de Kédougou, Ninéfécha est un petit village rendu célèbre par la construction d’un grand hôpital qui dépasse l’imagination. C’est le premier hôpital à pratiquer la télé assistance dans la région de Kédougou. Mme Viviane Wade, ex-première dame du Sénégal par ailleurs présidente de l’Association Education Santé(AES) a fourni beaucoup d’efforts pour tenter de sortir ces populations de l’ornière.

La construction d’un hôpital

Cet hôpital, le premier du genre dans la région de Kédougou recevait des patients de tous les coins de la région de Kédougou. Il y en a même qui venaient de la Guinée Conakry et du Mali.

En quelques années, Ninéfécha a connu une célébrité internationale. En plus de l’hôpital, des logements, une école élémentaire moderne ont été bâtis avec toutes les commodités possibles (électricité, eau, toilettes…) afin de mettre agents de l’Etat et élèves dans les conditions de travailler correctement. On s’imagine encore pourquoi  l’AES a-t-elle choisi Ninéfécha, ce coin perdu entre des collines du Bandé pour installer tout ce cadre luxueux qui n’existe même pas à Kédougou, capitale régionale.

Le début de la descente aux enfers

ninefechia ferméA la suite de la défaite de son époux Me Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012, la présidente de l’AES a senti ses efforts diminuer progressivement. L’hôpital de Ninéfécha a été fermé et le personnel redéployé ailleurs.

Depuis la fermeture de cette formation sanitaire, les populations de la communauté rurale de Ninéfécha ne savent plus à quel saint se vouer.

Cette situation pousse de plus en plus les  patients à se tourner vers les tradi-praticiens ou vers les charlatans du coin.

«Autrefois, lorsque l’hôpital fonctionnait, même en pleine nuit on pouvait bénéficier de soins. Maintenant cela est impossible. Les populations sont obligées de se rabattre sur les charlatans pour se soigner. Depuis la fermeture de l’hôpital de Ninéfécha, nous avons beaucoup de problèmes pour avoir accès à l’eau. Nous n’avions pas l’habitude de verser des cotisations pour payer le carburant qui alimentait le groupe électrogène du château d’eau» a confirmé M Dondo Keita, le président du conseil rural de Ninéfécha.

Des activités économiques au ralenti

L’ouverture de cet hôpital en dehors des soins offerts avait permis aux populations de développer tout autour des activités commerciales. Toutes ces activités ont connues une belle mort avec la fermeture de cet hôpital qui recevait les malades d’un peu partout dans la région voire de la sous-région.

« Maintenant même pour acheter  certaines denrées de première nécessité (sucre, huile  ou riz),nous sommes obligés d’aller à Assoni à environ 6 km d’ici  ou à Thiokoye pour nous ravitailler. Le commerce ne marche plus dans ce village » a confié M Banda Camara chef de village de Ninéfécha.

L’hôpital a pourtant été cédé à l’Etat

Après avoir appris la fermeture de l’hôpital de Ninéfécha, Mamadou Hadji Cissé, l’honorable député du département de Kédougou s’était rendu en France auprès de l’ex-première dame Mme Viviane Wade pour s’enquérir de la situation.

 « Lors de la déclaration politique  générale de Mme le premier ministre, j’avais interpellé l’Etat pour qu’il prenne ses responsabilités. L’AES a cédé l’hôpital  à l’Etat du Sénégal à travers le ministère de la santé. A la charge de l’Etat de prendre un personnel et assurer la continuité en mettant tous les moyens en œuvre pour que Kédougou ne perde pas cet hôpital »  a soutenu M Mamadou Hadji Cissé, député du département de Kédougou.

Il reviendra à la charge pour dire «  Mme le premier ministre avait affirmé que le gouvernement allait prendre toutes les dispositions nécessaires pour rouvrir cet hôpital de Ninéfécha qui le seul hôpital digne  de ce nom qui a un plateau technique aussi relevé que l’hôpital principal de Dakar. Je vais suivre personnellement le dossier ».

Soutien des partenaires au développement

world vision agentLes partenaires soutiennent les communautés dans cette revendication légitime en faveur de la réouverture de l’hôpital de Ninéfécha.

« Ça nous touche cette fermeture de l’hôpital de Ninéfécha car impactant négativement sur la santé des populations. Avec les distances qui séparent les différents villages. Nous nous associons à la collectivité locale dans la recherche de solutions pour la réouverture de cet hôpital. Nous lançons un plaidoyer fort aux autorités étatiques, à défaut d’ouvrir l’hôpital, ouvrir un poste de santé pour prendre en charge les premiers soins et certaines pathologies » a précisé M Samuel Sagna (photo ci-dessus) facilitateur de développement à world vision Sénégal /base de Kédougou.

L’administration déploie des efforts pour soutenir la réouverture

 bandafassi sous préfet« Depuis la réouverture de l’hôpital de Ninéfécha dépendra de la décision des autorités. Ce que nous souhaitons c’est que les populations ne quittent plus Namel, Thiokoye, Ninéfécha pour aller se faire soigner à Bandafassi. Si nous recevons un infirmier et une sage-femme pour prendre en charge certains cas, moi, j’applaudirai des deux mains. Si les besoins sont là peut-être que l’Etat conservera le même format qu’avant » a précisé M Mouhamadou Moustapha Thiandoum (photo ci-dessus), le sous-préfet de Bandafassi.

Il a également donné des assurances par rapport à la volonté affichée par l’Etat et les efforts déployés pour  reprendre cet hôpital. « L’Etat est en train de prendre des mesures pour prendre en charge la dimension sanitaire des populations. D’ailleurs je suis là sur instruction du préfet de Kédougou pour vérifier si toutes les portes s’ouvrent avant que la commission ne vienne faire l’inventaire du matériel existant… »

Il faut dire que la réouverture de Ninéfécha semble être une solution contre la pauvreté qui gangrène cette partie du pays et demeure une solution contre les longues distances à la recherche de structures de prise en charge des malades.  Rouvrir l’hôpital de Ninéfécha suppose une réduction ou une élimination de  tous les risques liés aux différentes prescriptions des charlatans susceptibles d’entrainer des complications pouvant entrainer la mort chez les patients.

Ces pauvres populations de Ninéfécha et villages voisins n’ont-elles pas droit à la santé ?

Adama Diaby/Kédougou.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.