Modern technology gives us many things.

Kédougou : Les corvées, un symbole de l’unité de la communauté bedik

L’une des principales composantes des minorités ethniques de la région de Kédougou, l’ethnie bedik tient à l’entraide à travers le travail collectif ou corvée. Xibaaru.com s’intéresse à cette activité qui occupe une place de choix en pays bedik.
En hivernage, les bedik passent une grande partie de leur temps dans les hameaux de cultures. L’esprit collectif est très développé chez les bediks. C’est pourquoi en permanence, ils organisent des corvées pendant les travaux champêtres.
Les corvées pour renforcer l’unité de la communauté
« Chez nous les bediks, l’échec d’un individu est l’échec de toute la communauté. C’est pourquoi, nous nous entraidons dans les travaux (champs, construction des cases…). L’organisateur de la corvée se prépare en conséquence. Il prépare de la bière de mil, le repas, achète des bonbons et des noix de colas pour tous les participants. Parfois il fait appel aussi à ses parents qui habitent dans les villages voisins. Si nous commençons le travail, il n’y a pas d’arrêt jusqu’ à la pause vers 14 h. Après cette pause repas à 14 h nous continuons à travailler jusqu’à 18 h ou 19h » a précisé M Kaly Camara cultivateur à Barafouté.
Très tôt, les bediks ont compris que faire de grands travaux dans la monotonie est difficile. C’est ce qui justifie l’introduction d’un masque appelé « Samboumbou » qui existait déjà depuis l’époque de leurs ancêtres.
Le « Samboumbou » pour exciter l’énergie des travailleurs »
« Le Samboumbou, les est un masque très respecté en pays bedik. C’est un masque qui excite l’énergie des travailleurs. Ainsi à travers l’aspect dynamogénique et hagiologique des chants du Samboumbou, les travailleurs arrivent à faire des exploits dans les corvées. Avec le samboumbou, les travailleurs ne sentent pas de fatigue. Ce masque chante et danse et encourage les participants à la corvée de redoubler d’efforts » a souligné M Kaly Camara.
A la fin des travaux, les participants se retrouvent souvent chez l’organisateur de la corvée pour siroter de la bière de mil ou « dolo » chanter et danser. Ils profitent de ces moments pour fixer la date et le lieu de la prochaine corvée. Se sentant épuisés, les invités se retirent un à un.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

champs 1

Les commentaires sont fermés.