Modern technology gives us many things.

Kédougou: La mairie ne veut plus des poisons de la CSTT-AO

kédougou csstaoLe conseil municipal de Kédougou veut s’offrir une porte de sortie suite à une erreur d’appréciation faite en votant « sous réserve » la demande de la CSTT-AO. Cette compagnie a l’intention de créer une plateforme pour stocker 4000 T de cyanure, 10 000 T de chaux ,200 T de soude caustique  et 200 T de nitrate de plomb, que de poisons mortels aux portes de la commune de Kédougou.

 

Les habitants de la  commune de Kédougou  sont restés sur leur fin ce mercredi 27 Novembre 2013 qui devrait être pour certains une date historique. Malheureusement, le groupe de conseillers municipaux qui avaient déposé sur la table du maire une lettre « pétition » pour demander le réexamen sur l’affaire CSTT-AO s’est vu infliger une très grande peine.

Le quorum n’étant pas atteint, la réunion a été reportée à une date ultérieure.

Sur les 46 conseillers, seuls 23 se sont présentés. Aussi faudra-t-il préciser que seuls 15 sur les 25 conseillers signataires de cette « pétition » ont répondu présents.

Reste à savoir si, à l’occasion de la prochaine session extraordinaire, les conseillers municipaux vont commettre l’erreur historique et monumentale de donner une suite favorable à l’installation de  la compagnie sénégalaise de transport-Transatlantique Afrique de l’ouest (CSTT-AO).

Cette compagnie miroite toujours son intention de créer cette plateforme pour stocker 4000 T de cyanure, 10 000 T de chaux ,200 T de soude caustique  et 200 T de nitrate de plomb, que de poisons mortels aux portes de la commune de Kédougou.

De chaudes larmes versées pour Kédougou

 Ce report de la session faute de l’atteinte  du quorum a anéanti une partie des efforts consentis par les conseillers municipaux qui voulaient en finir avec ce projet de la CSTT-AO. Ils affichaient pourtant une ferme volonté de réaffirmer leur position contre ce projet pour  la préservation de la santé, de la sécurité et du bien-être des générations et des générations d’enfants de Kédougou. Ayant perdu cette occasion ce mercredi 27 Novembre 2013, inconsolable, M Oudy Diallo, le président de la commission Environnement à la place des mots pour se lamenter a versé de chaudes larmes.

Pour manifester cette déception, un autre conseiller a prévenu : « Si vous forcez le passage, nous allons nous rebeller. Nous avions vu ce qui se passe à Sabodala. Les sociétés ne font que de nous tromper ».

Il faut dire qu’après avoir pris connaissance de ce dossier, la société civile  et la presse locale ont travaillé de concert pour conscientiser les populations sur les dangers qui les guettent à travers ce projet.

Le cyanure traverse le Sénégal

« Du cyanure, il en débarque tous les jours, il traverse le Sénégal d’un bout à l’autre.. La bonbonne de gaz que vous avez chez vous c’est un danger, les stations d’essence, elle peut exploser. Ce qui serait irresponsable, c’est de mettre un tel produit dans un endroit où il y a des gens sans s’assurer des conditions de gestion… Tout ce que nous ferons, nous le ferons avec les gens de Kédougou s’ils le veulent. Le projet eut être à Kéniéba au Mali.». M Mamadou Guèye, directeur de la CSTT-AO.

La société civile pour sa part reste ferme sur sa décision. Un débat organisé à la radio communautaire de Kédougou a permis aux communautés de se prononcer sur cette question qui hante encore leurs esprits.  « Que le cyanure traverse tout le senegal, cela ne nous intéresse pas. Ici, nous ne voudrons  pas de cyanure. Ce projet est extrêmement  dangereux et n’est pas du tout bénéfique pour Kédougou. Nous rejetons tout en bloc » a précisé M Dialiba Tandian, membre de la société civile.

A la question de savoir le nombre d’emplois prévus dans la mise en œuvre de ce projet, M Guèye, frustré, embarrassé a laissé échapper : « Nous assumons ce que nous avons écrit dans le document d’étude environnementale. Ce qui est important ce sont ceux qui agissent, ceux qui construisent, ceux qui mènent le continent de l’avant. Il faut qu’il y ait des gens qui aient le courage et l’humilité de partager, de discuter… ».

Le conseil municipal de Kédougou s’était aménagé une porte de sortie entre-ouverte en donnant avis favorable «  sous réserve ».Reste à savoir si cette porte se fermera ou s’ouvrira pour de bon à la CSTT-AO. En tout cas la validation de l’installation de cette société à Kédougou présage des confrontations. Wait and see…

Adama Diaby Kédougou xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.