Modern technology gives us many things.

Kédougou, la capitale régionale renoue avec les inondations

 Les quantités enregistrées ces derniers temps en Guinée Conakry ont fait déborder le vase  entrainant ainsi la crue du fleuve Gambie qui ceinture la commune de Kédougou.

Le bilan fait état de plusieurs champs et maisons envahis par la crue du fleuve Gambie.

kédougou inondation 

La surprise de habitants des quartiers Dalaba et Togoro a été d’ autant plus grande qu’ils ont remarqué que le fleuve Gambie a entamé sa crue habituelle ce mercredi 22 août 2013.

 Les mêmes causes produisent les mêmes effets

Après les dates des 17, 18 septembre 2009 et le  22 Août 2011, ce mercredi 22 Août 2013, les habitants des zones périphériques situées sur les abords du fleuve Gambie  se sont réveillé encore les pieds dans l’eau.

La crue du fleuve Gambie a occasionné cette année encore des inondations qui ont provoqué de nombreux dégâts occasionnés (plusieurs champs et maisons envahis, une bonne dizaine d’habitants délogés).

Désarroi dans les zones inondées

Les sinistrés ne savent plus à quel saint se vouer.

«  Tout a commencé ce matin lorsque nous avons entendu un grand bruit suspect. On dirait le bruit d’un véhicule. Mais lorsqu’un voisin a jeté un regard hors de la clôture, il constata que l’eau avançait vers nos cases. Cela a été si rapide que nous n’avions pas eu le temps de sauver nos bagages… Ce fut une très grande surprise. » a précisé Mme Aïssatou Keita, sinistrée au quartier Dalaba de Kédougou.

Après le sauve -qui- peut, beaucoup de bagages sont restés dans les eaux.  Par solidarité et rapports de bon voisinage, certains es sinistrés ont été accueillis par des voisins.

, «  Nous avions pris le soin de sortir nos bagages les plus légers. Les lits et autres bagages lourds sont restés dans les chambres déjà remplies d’eau. La seule solution pour nous est de nous trouver des terrains loin du lit du fleuve. Nous allons déménager ailleurs dès que nous aurons cette possibilité. Nous nous ne pouvons pas continuer à vivre ces genres de situations. Nous ne pouvons pas être beaucoup plus à l’aise chez les autres que chez nous. » a soutenu Mme Hawa Samoura ménagère sinistrée au quartier Dalaba

 

Par ailleurs, les membres du comité départemental de protection civile se sont rendus sur le terrain pour constater les dégâts.

La situation actuelle n’est pas hors de portée

« Nous avons constaté ensemble que le fleuve Gambie est sorti de son lit. Il arrive qu’on assiste à des situations pareilles.  Ce n’est pas un phénomène nouveau. A chaque fois que la guinée enregistre d’importantes quantités de pluies, naturellement les populations qui se sont installées dans le lit du fleuve au niveau des quartiers Togoro et Dalaba le ressentent à travers ces inondations. La situation actuelle n’est pas hors de portée. Il n’y a pas encore péril en la demeure. Le comité départemental de protection civile  a déjà mis en place le dispositif nécessaire pour réagir en cas de besoin.» a laissé entendre M Abib Léon Ndiaye, le préfet de Kédougou, par ailleurs président du comité départemental de la protection civile.

 Il est du devoir de toute bonne volonté et de toute conscience collective de venir en aide aux populations sinistrées qui n’ont jamais  décidées d’être dans cette situation.

Adama Diaby Kédougou xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.