Modern technology gives us many things.

Kédougou : Ethiouar, un village suspendu sur les collines de Bandafassi (Photos)

Le reporter de Xibaaru.com est allé à la rencontre des habitants d’Ethiouar, un village bedik perché sur le plateau dans la commune de Bandafassi. Cathiamoune Camara, le chef de village d’Ethiouar, nous retrace quelques facettes de l’histoire et de la culture de son village.
« En provenance du mandé, les Keita se sont installés au bas des collines. Nous les Camara, habitions sur le plateau. Pour former une même communauté, nous avions pris l’initiative de nous regrouper en habitant un même village. C’est ainsi que nous avions décidé de nous retrouver à un endroit central qui portera le nom d’Ethiouar. Ethiouar signifierait en bedik, un endroit attractif qui poussait toute personne qui y venait à s’y installer. Ethiouar était un hameau de cultures, nous vivions d’agriculture et de chasse. Autrefois, il y avait plein d’animaux sauvages comme les lions, les biches, les phacochères…Nous chassions à volonté car il n’y avait pas de gardes forestiers » a révélé M Cathiamoune Camara, chef de village d’Ethiouar.
Le relief, un obstacle à l’agriculture
« Avec la qualité des sols, nous avions senti que nous ne pouvions plus cultiver avec des charrues. Il y avait un sérieux problème d’accès à l’eau potable, à l’école. Finalement la plupart des habitants d’Ethiouar sont descendus au bas du plateau pour avoir de meilleurs moyens de survie. Tous les gens que vous voyez à Inndar et les autres villages environnants viennent du plateau, là- haut »
Un village reconverti en lieu de fête
« Ethiouar maintenant devenu un village de fête. Nous y organisions ici sur le plateau toutes nos fêtes traditionnelles. Toutes ces cases que vous voyez-là ont été abandonnées. Il n’y a que deux familles qui vivent ici maintenant. Mais nous n’allons jamais abandonner ce village. Nous faisons des sacrifices au moment de la récolte du maïs, à la récolte du riz et du mil. Nous organisons également une fête de la famille Keita, une fête des filles… Nous, nous essayons seulement de faire la promotion de notre culture. »
La communauté bedik croit beaucoup aux forces surnaturelles offertes par ses fétiches.
Une ethnie collée à ses croyances ancestrales
« L’enfant appartient aux parents nous sommes avec les fétiches, les enfants sont confiés aux fétiches, nous n’avons pas les papiers mais nous pouvons confier l’enfant aux fétiches. Nos fétiches ont diverses formes des arbres, des pierres. Certaines familles possèdent les fétiches appelées « Djalans » en langue peulh. Nous n’utilisons jamais ces forces mystiques pour nous détruire entre voisins. Les familles qui ne possèdent pas de fétiches vont de confier à celles qui en ont » a précisé M Camara.
C’est dans le souci de valoriser cette culture que le pays Bassari a été inscrit comme patrimoine mondial de l’Unesco. A Bandafassi, le village communautaire constitue la porte d’entrée du pays Bassari qui couvre quasiment la région de Kédougou.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com (Photos ci-dessous)

ethiouar 1ethiouar 2ethiouar 3ethiouar 4ethiouar 5

Les commentaires sont fermés.