Modern technology gives us many things.

Kédougou, 5 ans après les émeutes sanglantes, rien, rien et rien

kédougou marche23 décembre 2008 -23 décembre 2013,  5 ans jour pour jour que la jeunesse de Kédougou a jeté les bases d’un soulèvement populaire dont le soubassement était  étroitement lié à l’exploitation des ressources minières. Les plaies occasionnées depuis 5 ans n’ont pas encore  fini de se cicatriser. Si on ne prend pas garde, la question de la gestion foncière risque de créer d’autres troubles.

Tout est parti d’un ras- le -bol  de la jeunesse dont les préoccupations (emplois) ne sont pris en compte  ni par les pouvoirs publics ni par les compagnies minières. Malgré les nombreux avertissements, personne n’a prêté oreille attentive à ces revendications légitimes de la jeunesse de Kédougou.

Et le vase a débordé le mardi 23 Décembre 2008. Il faisait 8 heures, toute la jeunesse s’était donné rendez-vous au carrefour de la mairie de Kédougou pour les besoins d’une marche pacifique.

Les intentions ont dépassé les prévisions, l’adrénaline est montée si vite. Et la catastrophe s’est produite. Des bâtiments (la préfecture, le tribunal départemental, le domicile du préfet, l’inspection départementale de l’Education) et véhicules administratifs ont été saccagés.

kédougou marche 1Le jeune Sina Sidibé  est tombé sous les balles réelles des forces de l’ordre, plusieurs blessés ont été dénombrés. Les jours suivants, Kédougou a été mise sous haute surveillance, complètement quadrillée par les différents services de renseignements et les forces de sécurité. Ainsi commença la chasse à l’homme qui va déboucher sur l’arrestation de plusieurs personnes qui seront libérées trois mois plus tard.

Les séquelles de ces événements malheureux hantent encore le sommeil des habitants de Kédougou. L’élection de Macky Sall  comme président de la République a beaucoup fait rêver les populations de Kédougou. Ce rêve est aujourd’hui en train de se briser avec la persistance d’une diversité de problèmes. Alors que la plaie des événements de 2008  n’a pas fini de se cicatriser, on s’achemine progressivement vers d’autres situations qui risquent de plonger Kédougou dans une mauvaise posture.

L’accaparement des terres

kédougou minesDu fait de l’exploitation minière, les terres des paysans sont arrachées  par les sociétés minières. L’épineuse  question  qui est présentement à l’ordre du jour porte sur l’éventuelle implantation de la Compagnie Sénégalaise de Transport Transatlantique (CSTTAO)  .Il faut dire que la jeunesse de Kédougou entend s’opposer fermement à une telle chose qui risque d’embraser toute la commune.

« Nous ne voulons plus de cyanure ça suffit. Nous ne voulons pas de la CSTT AO. Si, l’Etat veut maintenir un climat de stabilité à Kédougou, il faut que la CSTT-AO renonce à s’implanter ici. Nous ne voulons pas de cette compagnie qui va venir polluer nos terres et empoisonner la population. L’Etat doit d’abord maitriser les produits chimiques qui circulent dans les placers avant de nous arracher nos terres pour y stocker des produits dangereux » a prévenu M Mamoudou Diallo, un jeune de Kénioto.

Il faut légiférer

« On a toujours défendu  cela, il faut légiférer  sur ce plan-là et reformer complètement le droit foncier sénégalais  et protéger le paysan ,à l’ état actuel de la législation, pour une petite chose ,il peut perdre ses terres et avec l’ exploitation minière on constate que les populations perdent beaucoup de terres. » a souligné M chérif Sow, coordonnateur de l’Association Kédougou Action Développement (AKAD).

Les promesses électoralistes de Macky encore non réalisées

macky kédougouTous les engagements pris par le candidat Macky Sall n’ont encore jamais été exécutés pour le compte de la région de Kédougou  depuis son élection à la tête de l’Etat.

  « Je peux vous garantir que je m’ engage à renforcer l’investissement ,je m’ engage à développer un centre de formation professionnelle dans le métier des mines ici à Kédougou, je suis pour le développement minier, je suis géologue moi-même ,je sais que les mines sont faites pour être exploitées mais l’exploitation doit  aussi et surtout bénéficier aux populations autochtones. Il ne s’agit pas simplement de slogan et d’inscription au code minier, mais il s’agit d’une réalité que les populations de Kédougou doivent vivre ensemble » a laissé entendre le candidat  de la coalition Macky 2012.

Reste à savoir si toutes les préoccupations des populations de Kédougou seront prises en compte par l’Etat du Sénégal pour continuer à maintenir la stabilité dans la région de Kédougou.

Adama Diaby  Kédougou xibaaru .com

Les commentaires sont fermés.