Modern technology gives us many things.

Kédougou : 1000 parcelles au centre de la bataille entre la Mairie et la société civile

kédougou gold travailleursLe conseil municipal de Kédougou encore cité dans une affaire de délibérations liées au foncier.

Les travailleurs de Teranga Gold Corporation sont montés au créneau pour fustiger l’opposition de la société civile sur les 1000 parcelles que le conseil municipal devrait leur octroyer.

La dernière délibération du conseil municipal de Kédougou du 27 septembre 2013  continue de faire couler encore de la salive. Des voix se sont élevées au sein des travailleurs de la compagnie Teranga Gold de Sabodala ce dimanche 20 octobre pour rejeter d’un revers de main l’opposition de la société civile contre leur projet de coopérative d’habitat de 1000 parcelles.

« La société civile  est en train de faire la guerre aux fils de Kédougou et du Sénégal. Elle devrait applaudir au lieu de dénoncer l’initiative prise par le conseil municipal de Kédougou de donner avis favorable de notre projet de coopérative d’habitat. Je sais le travail qui a été abattu en amont et en aval pour convaincre Teranga Gold Corporation (TGC). Il nous a fallu 12 mois pour convaincre la direction de Teranga Gold sur ce projet » a laissé entendre M Fodé Cissokho, le délégué des travailleurs de Teranga Gold Corporation.

Priorité aux jeunes originaires de Kédougou mais… combien sont-ils ?

La société civile exige beaucoup plus de précisions sur cette délibération du conseil municipal.

kédougou oudy« Nous ne nous sommes jamais opposés à ce que des parcelles soient attribuées à des jeunes de Kédougou. Nous avions demandé à ce qu’on fasse le ratio pour voir exactement le nombre de jeunes de Kédougou qui travaillent dans le site de Sabodala. Nous ne sommes pas des xénophobes mais nous exigeons à ce que lumière soit faite sur cette affaire. Ils doivent revenir à la raison. Nous devrons nous retrouver pour discuter ensemble sinon nous ne nous comprendrons jamais. Il faut que nous ayons des informations claires sinon nous ne reculerons jamais.» a précisé M Mor Khouma, le porte-parole du collectif des organisations de la société civile.

En guise de conclusion à  cette délibération, le conseil municipal avait encore donné avis favorable sous réserve. Cependant, la présence de M Oudy Diallo (photo), conseiller municipal  à de ce point de presse a permis d’avoir des précisions de taille.

«  Il n’y a pas de société civile. Nous avons en face de nous des politiciens encagoulés. Le conseil municipal a donné mandat au maire d’approuver le projet dès l’instant que les responsables de la coopérative se sont présentés devant lui avec les documents complémentaires. Tous les membres du conseil municipal n’ont plus besoin de se réunir pour statuer sur cette affaire. » a –t-il précisé.

Les membres de cette coopérative  seront-ils exempts de licenciements ?

Cette coopérative va marcher sur fonds propres  à partir des cotisations des travailleurs du site minier de Teranga Gold. Mais la grande équation  à résoudre demeure celle liée aux  fréquents licenciements dits « arbitraires » que subissent les travailleurs dans les sites industriels miniers

kédougou fodé« Chaque travailleur membre de cette coopérative devra verser mensuellement 20000 FCFA par mois pendant plusieurs années. En cas de décès, de retrait volontaire ou de licenciement quand le membre ne sera plus en mesure d’honorer ses cotisations, 70% des montants versés lui seront restitués. Et aucun détournement d’objectif ne sera possible » a ajouté M Fodé Cissokho (photo), le délégué des travailleurs.

Soutenant être en possession d’un document écrit attestant l’entérinement   définitif de la délibération du conseil municipal, M Cissokho n’a pas manqué de rappeler la société civile à l’ordre.

« Si les responsables de la société civile cherchent des guerres de positionnement, ils n’ont  qu’à  voir ailleurs. Aucune voix ne s’est levée contre les autres délibérations. Ces fonds seront injectés dans la région de Kédougou. Nous n’accepterons pas que les entreprises qui seront sélectionnées mettent  à contribution d’autres ouvriers que ceux   de Kédougou. Nous voulons que ce projet  ne profite qu’à la région de Kédougou » a –t-il laissé entendre.

Les jours à venir, des leçons seront tirées de cette affaire.

Adama Diaby Kédougou Xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.