gros ventrePas une semaine sans que vous vous interrogiez : « Mais c’est quoi cette bedaine ? » Ne prenez pas ce signe à la légère. Cet embonpoint révèle peut-être un syndrome métabolique. De quoi s’agit-il ?

Votre tour de taille a augmenté progressivement de 2 ou 3 centimètres année après année ? Attention, c’est un signe d’alerte qu’il faut prendre au sérieux car cela peut constituer une véritable bombe à retardement.

Il ne s’agit pas que d’un problème esthétique. En effet, cet embonpoint peut être le premier signe d’un syndrome métabolique, un syndrome annonciateur de diabète et de problèmes cardiovasculaires.

Les hommes davantage touchés

Peu connu du grand public, le syndrome métabolique touche pourtant 15 à 20 % de la population française. Après 60 ans, 30 à 40 % des hommes en seraient victime. Les femmes peuvent aussi être touchées, mais dans une moindre proportion.

Avoir du ventre est un élément fondamental (et aussi le plus visible) du syndrome métabolique, mais ce signe ne suffit pas à le définir. On peut avoir du ventre sans souffrir d’un syndrome métabolique.

gros ventre 1S’agit-il ou non d’un syndrome métabolique ?

Pour savoir si vous souffrez ou non d’un syndrome métabolique, il est intéressant d’aller consulter un médecin, qui vous proposera de pratiquer deux examens clés pour poser le diagnostic du syndrome métabolique :

  • une prise de sang à jeun afin de doser les triglycérides, le cholestérol HDL et la glycémie ;
  • une mesure de la tension artérielle.

Les chiffres à connaître

  • Avez-vous un tour de taille supérieur à 102 centimètres si vous êtes un homme ? A 88 centimètres si vous êtes une femme ? (une mesure à faire tout simplement avec un mètre de couturière) ?
  • Votre taux de triglycérides à jeun est-il supérieur à 1,50 g/l ?
  • Votre taux de cholestérol HDL (bon cholestérol) est-il bas, inférieur à 0,40 g/l ?
  • Votre taux de sucre dans le sang (glycémie) est-il élevé, supérieur à 1 g/l ?
  • Votre tension est-elle égale ou supérieure à 13/8,5 ?

Le syndrome métabolique, une menace pour la santé

Un syndrome métabolique multiplie par trois les risques d’accidents cardiovasculaires (infarctus, AVC, mort subite…) et par dix le risque d’apparition d’un diabète de type II.

Il peut aussi être à l’origine de problèmes d’apnées du sommeil (30 % des personnes ayant un syndrome métabolique pourraient en souffrir sans le savoir), de cirrhose (le syndrome métabolique est en passe de devenir sa première cause), voire d’augmenter les risques d’apparition d’une maladie d’Alzheimer. Il augmente aussi de manière générale le risque de cancer.

Agir avant l’installation d’une maladie

En identifiant précocement un syndrome métabolique, on identifie la présence d’un prédiabète (présence de sucre dans le sang au-delà de la normale), d’une préhypertension (tension augmentée), de prédyslipidémie (taux de graisses légèrement élevé).

Le but est d’agir avant qu’un diabète gras (de type II) avéré n’émerge et que les problèmes cardiaques ne fassent réellement surface. Il ne vous reste plus alors qu’à mettre en place avec votre médecin un programme d’alimentation équilibrée et de reprendre une activité physique pour limiter les conséquences sur votre santé. Bouger et mieux manger, c’est votre meilleure assurance vieillesse !

PARTAGER