Modern technology gives us many things.

Irak – Syrie – Côte d’Ivoire : des scénarii similaires

gbagbo saddamOn pourrait penser que ces deux situations n’ont rien en commun. Pourtant, on y retrouve une ingérence étrangère déterminée à déstabiliser le pays pour installer un président choisi par l’étranger, et pour ce faire, une campagne de diffamation médiatique. La distorsion est partout. L’incitation à la haine constante, par des qualificatifs tels que dictateur que la réalité vient démentir.

Ainsi, en ce qui concerne le Président Gbagbo, l’étude des faits, des simples faits, comme le passage de 70% de votants à 82% révèle une distorsion éhontée soutenue par la presse, qui, si l’on prend mediapart, est allée jusqu’à mettre en ligne un rapport fait par l’avocat de Ouattara, également avocat de médiapart, se présentant comme conseil de la Côte d’Ivoire, alors même que, se faisant, il violait la décision du Conseil Constitutionnel. Mediapart a participé dans une mesure non négligeable à la crise en Côte d’Ivoire.

Gbagbo n’a rigoureusement rien à faire à la CPI qui le sait, mais autorise la représentante de victimes non identifiées à jouer les procureurs bis, déposant encore il y a deux jours des écritures dans le cadre de l’appel de la 3° décision de maintien en détention. Vu le dossier qu’elle a, on comprend que Fatou Bensouda ait besoin de renfort. On comprend moins que des juges valident.
Mais si l’on se penche sur la situation du Président Assad, on rencontre le même déni de réalité à tous les niveaux, la même détermination à faire avancer un dossier totalement faux. Ainsi les échos, pour ne citer qu’eux ont signalé le dernier rapport de l’OSDH mais ont passé sous silence l’observation qui ne peut leur avoir échappé de ce que les morts sont plus nombreux dans le camp loyaliste, ce qui signe à l’évidence que la guerre est le fait depuis son origine d’une rébellion armée et financée par l’étranger, notamment par le prince Bandar :
Le schéma est donc identique avec détermination à accaparer des ressources naturelles le gaz pour la Syrie, le cacao, les diamants notamment pour la Côte d’Ivoire et à semer le chaos dans lequel il est bien plus aisé de piller.
Oser prétendre que l’on intervient pour « punir » pour parenthèse, si je pouvais punir ceux qui ont décidé, planifié, mis en œuvre le harcèlement de multiples fois dénoncé, ceux-là même qui harcèlent Gbagbo et Assad seraient dans leurs petits souliers, ou apporter la démocratie qui n’existe pas chez soi relève d’une violence qui gagnerait à être questionnée par des professionnels de la santé mentale.
Qui, dans la presse, évoquant l’entretien du Président Assad avec Georges Malbrunot, a repris le fait que le 21 août des éléments des forces gouvernementales se trouvaient parmi les victimes ? Le rapport OSDH confirme à sa façon, mais on a peu évoqué cet aspect qui dément la responsabilité d’Assad dans le conflit en cours :

Les points communs entre les deux situations sont donc plus que nombreux. Il n’est pas exagéré d’y voir un schéma qui se reproduit une nouvelle fois.
Jusqu’à quand l’opinion laissera-t-elle faire ? Qui a intérêt à une troisième guerre mondiale ?

Nicole Guihaumé

Les commentaires sont fermés.