Modern technology gives us many things.

Investitures à BBY : qu’est-ce qui fait courir les caciques du pouvoir ?

Après avoir mené une bataille médiatique des plus bruyantes pour espérer figurer sur les listes en direction des Législatives, certains hauts responsables de l’Alliance pour la République ne cachent pas leur déception de ne pas se retrouver sur lesdites listes. Ce qui est étonnant, c’est que des responsables de l’APR, qui ont occupé de hautes fonctions au sein de l’appareil gouvernemental, à l’instar de l’ancien Premier ministre, ancien ministre de la Justice et Garde des Sceaux, et actuellement Envoyée spéciale du président de la République, puissent être affectés par leur non-investiture.

En effet, les élections législatives sont différentes des élections locales. Là, il s’agit d’aller à l’Hémicycle et de contrôler l’action du gouvernement en votant des lois utiles qui peuvent impacter positivement sur la marche de la Nation. Etant donné que les ministres ne peuvent siéger à l’Assemblée nationale, à quoi rime tout ce tintamarre du genre tel n’a pas été investi, tel autre a été zappé si ces mêmes personnes ne peuvent siéger ? Il ne faut pas perdre de vue qu’être ministre ou député, ce n’est pas le plus important. Le plus important c’est de travailler chacun dans la fonction qui est la sienne dans l’intérêt exclusif du peuple.

Il est également question d’un consensus qui aurait été trouvé dans certaines localités et qui, au final, n’aurait pas été respecté. Comment cela aurait pu être respecté si, à cause des nombreuses querelles de leadership dans d’autres parties du pays, les investitures avaient été gelées et finalement confiées au chef de l’Etat ? Cela servira peut-être de leçon aux responsables pour qu’à l’avenir, au lieu de n’être préoccupés que par leurs ambitions, ils essaieront de se donner la main pour travailler ensemble. Car, quoi qu’on dise, à la fin, c’est la victoire qui compte, peu importe les personnes qui auront été choisies.

Les commentaires sont fermés.