Modern technology gives us many things.

Karim “out” en 2019…Le PDS déclare la guerre à Macky

Comme on pouvait s’y attendre, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) n’a pas été enchanté par la déclaration du Garde des Sceaux qui a indiqué que Wade-fils est déchu de ses droits civiques et politiques pour avoir été condamné à plus de cinq ans de prison comme le stipule la loi.

Le PDS, par la voix de son Secrétaire général national adjoint, Oumar Sarr, “dénonce les propos irresponsables du ministre de la justice Ismaila Madior Fall qui déclare irrecevable la candidature à l’élection présidentielle de Karim Wade investi par notre parti”, lit-on dans un communiqué rendu public.

“Ces propos du ministre de la Justice, préparant l’opinion à une forfaiture de juges aux ordres, constituent pour notre parti une inacceptable ingérence dans le fonctionnement de la justice. Ce n’est pas pour rien que le ministre est aujourd’hui encarté APR et cherche vainement une base politique dans la ville de Rufisque”, martèle Oumar Sarr qui ajoute : “Nous prenons ces propos pour ce qu’ils sont, c’est à dire une déclaration de guerre et une tentative de la part de Macky Sall et de tous ceux qui sont à sa solde pour organiser une compétition sur mesure en en excluant les candidats qu’ils veulent et une partie significative des électeurs, notamment tous les jeunes qui viennent de s’inscrire”.

A les en croire, rien, ni dans la Constitution ni dans aucune autre loi, n’interdit à leur candidat de se présenter à la prochaine élection présidentielle et encore moins un jugement dicté par Macky Sall qui viole l’ordre public international. “Nous nous opposerons de la façon la plus ferme à ce que Macky Sall obtienne ce qu’il n’a pu obtenir par une CREI, pourtant aux ordres, qui n’a pas osé suivre le procureur spécial qui a requis vainement que notre candidat Karim Wade soit privé de ses droits civiques et politiques”, jurent-ils.

“Notre parti met en garde toute personne ou groupe de personnes qui tenterait d’exclure notre candidat Karim Wade de la prochaine élection présidentielle”, avertissent Oumar Sarr et Cie qui rappellent qu’il appartient au peuple, au nom de qui la justice est rendue, et qui, seul, a la légitimité de choisir le prochain président de la république. “Toute tentative de priver le peuple de ce droit sera considérée comme une trahison et le PDS se réservera le droit de débusquer les traîtres pour leur réserver le sort qu’ils méritent’, concluent-ils.

Les commentaires sont fermés.