Modern technology gives us many things.

Imam Alioune Moussa Samb…Ses sermons indisposent plus d’un

L’Imam de la Grande mosquée de Dakar est vraiment atypique. Oustaz Alioune Moussa Samb, puisque c’est de lui qu’il s’agit, attire les attentions après chacune de ses prêches. C’est devenu habituel, après chaque prière des fêtes de Tabaski et de Korité, son discours est suivi de critiques acerbes.

L’imam a, cette année, critiqué ceux qui ont célébré la fête de l’Aid El Fitr le dimanche. Il a indiqué que ces derniers ont voulu se singulariser c’est pourquoi ils n’ont pas voulu fêter la Korité au même titre que les autres Sénégalais.

Une déclaration qui n’a pas été du goût de beaucoup de Sénégalais à l’image de Mame Matar Gueye de l’ONG Jamra qui assimile cette sortie à de la “propagande ethnique” a demandé au président de la République de l’arrêter.

L’Imam multiplie les “bourdes” depuis plusieurs années et tout le monde laisse faire. L’on se rappelle, en 2013, lors de la prière de la Korité, il avait demandé aux Sénégalais d’accorder un délai de grâce au président de la République Macky Sall. Il avait dit que le chef de l’Etat venait d’être élu et qu’il ne pouvait pas résoudre tous les problèmes des Sénégalais en un temps record.

Lors de la prière de la Tabaski de 2014, il a récidivé en prenant la défense de Macky Sall et de son épouse contre ceux qui les critiquaient.

En 2015, il avait demandé au président de la République de ne pas réduire son mandat alors que ce dernier avait promis de le faire dès son accession à la magistrature suprême. Mais, cette invite avait fait réagir Pape Samba Mboup, ancien chef de cabinet du Président Abdoulaye Wade pour dire que l’Imam a fait cette sortie parce qu’il attendait quelque chose de la part de Macky Sall. Poursuivant, il avait déclaré que l’Imam aimait trop l’argent et que quand Wade était aux commandes, l’Imam appelait tout les fins de mois pour demander son “salaire”. A l’en croire, il l’appelait tout le temps pour lui demander son dû. Pape Samba Mboup avait fini par bouder la grande mosquée: “Je ne participerais plus à une prière que dirige l’imam Alioune Samb”, avait-il laissé entendre.

Il devait y avoir, au Sénégal, une commission chargée de “recadrer”, en interne, tout Imam qui profite des tribunes de l’Islam pour faire des déclarations qui vont à l’encontre des préceptes de la religion.

 

Les commentaires sont fermés.