Modern technology gives us many things.

Il survit après avoir été avalé par un hippopotame

Le guide touristique travaillait sur le fleuve Zambèze. Il a perdu un bras après s’être miraculeusement sorti de la gueule de l’animal.

hippopotamePaul Templer, guide touristique sur le fleuve d’Afrique australe Zambèze, non loin des chutes Victoria, a été avalé jusqu’à la taille par un hippopotame. Il avait sauté dans l’eau pour secourir son assistant, tombé de son kayak. Selon lui, il s’agissait d’un animal qu’il avait déjà vu plusieurs fois et qui “voulait” le tuer. C’est le site internet Atlantico qui a repéré son témoignage daté du 4 mai dans le “Guardian“.

Après avoir plongé, Paul Templer s’est soudain retrouvé la tête dans la gueule de l’hippopotame. “J’ai tendu la main pour attraper la sienne (celle de son assitant, nldr), mais comme nos doigts étaient sur le point de se toucher, j’ai été englouti dans les ténèbres”, décrit-il, avant de poursuivre : “Je savais que mes jambes étaient entourées d’eau, mais ma moitié supérieure était presque à sec”.

J’avais l’impression que j’étais coincé dans quelque chose de visqueux”, raconte le guide.

“Il y avait une terrible odeur de soufre, d’œufs pourris, et une pression énorme sur ma poitrine. Mes bras étaient coincés mais je suis arrivé à libérer une de mes mains avec laquelle j’ai palpé les alentours. Ma paume a touché les poils raides sur le museau de l’animal et c’est là que j’ai compris que j’étais sous l’eau, piégé dans la gueule d’un hippopotame jusqu’au niveau de la taille”, se souvient-il. Après avoir réussi à se dégager de l’emprise de l’animal qui a desserré ses mâchoires, Paul Templer a nagé jusqu’à la rive, avec le prédateur à ses trousses.

Le rescapé a tout de même perdu un bras et plus de 40 morsures ont été recensées sur son corps. Quant à l’assistant au secours duquel il se portait, son corps a été retrouvé deux jours plus tard.

Les commentaires sont fermés.