Depuis son dernier tête à tête à l’Elysée avec François Hollande, chef de l’Etat français, le 02 juin 2012, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. L’axe Conakry-Paris n’était pas au mieux de sa forme. A la faveur de bons offices de missi dominici, la machine diplomatique reprend du service. (Exclusif-Les Afriques)

 hollande condé

Aphone depuis plusieurs mois, la Diplomatie guinéenne fait son come-back. Entre Conakry-Paris, ce n’était point le baiser fraternel. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, du fait de divergences. Zappé par François Hollande lors de la cérémonie officielle de la remise du Prix Houphouët Boigny à l’Unesco, le chef de l’Etat, Alpha Condé se devait remodeler un nouveau casting afin de redorer le blason de sa diplomatie avec les partenaires traditionnels de la Guinée. Ne pouvant plus compter sur l’alchimie Albert Bourgi et son ministre des affaires étrangères, Lonceny Fall, qui peinent à faire bouger les lignes, le président a décidé lui-même de franchir le rubicond et de rebondir pour ne pas se faire oublier du pré-carré diplomatique. L’homme, qui expérimentait la célèbre formule en juin dernier sur les Bords de la Seine : «Dieu ne dort pas, avec Hollande, je dors maintenant tranquille», a rechargé ses batteries. Selon des sources bien informées, contactées par Les Afriques, le président Alpha Condé s’est finalement résolu de mettre à contribution la machine parallèle diplomatique pour revenir dans les grâces du président français, Hollande. Sur fond de lobbying, les cartes ont vite changé de mains. Rendez-vous est pris à Bamako, en marge de la cérémonie d’investiture du chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita, Alias IBK. Le président Hollande a accepté au finish de recevoir son homologue guinéen, avec qui il partage la même famille de l’Internationale socialiste. L’audience entre les deux hommes n’a pas été très longue du fait d’un agenda trop chargé du locataire de l’Elysée. Les deux chefs d’Etat ont longuement échangé sur l’affaire du milliardaire israélien, Benny, accusé par Conakry de tentative de renverser le régime et sur plusieurs points dont, entre autres, l’aide au développement, la nécessité d’accroître les investissements en Guinée, par les entreprises françaises. De source autorisée, le président Alpha Condé est attendu à l’Elysée le 23 octobre prochain. Signe de dégel diplomatique sur l’axe Conakry-Paris que bon nombre d’analystes qualifiaient de léthargique et «slowing». Le régime de Conakry qui tente de sortir du bois depuis la remise en selle de sa diplomatie à Bamako, a engagé des procès devant la justice (affaire Rusal, Coton de Guinée, Banque Centrale de Guinée) et entamé la réforme de l’armée et de l’administration.

Dans ce pays «gâté» par la nature et endetté à plus de 3 milliards de dollars, les chantiers sont immenses : eau, énergie, infrastructures.

Ismael Aidara, Paris

PARTAGER