savon anti paluMoctar Dembélé et Gérard Niyondiko, deux jeunes étudiants en Master I aux 2iE, se sont brillamment distingués aux Etats-Unis. Ils viennent de remporter le premier prix du jury et le prix du public à la Global Social Venture Compétition (GSVC) à Berkeley en Californie avec leur savon « magique » dénommé ‘Faso soap’, dont la propriété consiste à lutter contre le paludisme. La Global Social Venture Compétition est une compétition internationale de business plan qui vise à valoriser les étudiants du monde entier qui ont fait le choix de mettre leurs compétences au service de projets d’entreprenariat social.

Ces deux jeunes burkinabè et burundais ont fait honneur à la science et à l’Afrique. Ils présentent leur projet. C’est un véritable espoir pour les populations de l’Afrique tropicale qui croupissent toujours sous le joug du paludisme.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle NIYONDIKO Gérard. Je suis de nationalité burundaise. J’ai 35 ans et je suis actuellement étudiant en Master I en Eau et Assainissement, à l’institut International d’Ingénierie de l’eau et de l’Environnement (2IE) basé à Ouagadougou au Burkina Faso. Mon coéquipier s’appelle Moctar Dembélé. Un jeune burkinabè de 22 ans, actuellement étudiant en Master 1 en Eau et infrastructure hydraulique, à l’Institut international d’Ingénierie de l’eau et de l’Environnement (2IE). Comme vous le voyez, nous sommes tous deux Africains.

Vous venez de remporter le premier prix d’un concours de business plan aux Etats-Unis avec votre savon anti palu. C’est quoi exactement ce savon qui fait déjà parler de lui ?

Faso Soap est une entreprise de production de savon anti-moustique et antibactérien à partir des ressources naturelles locales, efficace et accessible à la majorité de la population. Le savon est appelé « Faso Soap » qui veut dire le savon du Faso. Ne dit-on pas que « mieux vaut prévenir que guérir ? »

Qu’est-ce qui vous a amené à inventer un tel produit pour lutter contre le paludisme ?

En Afrique, la majorité de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Par ailleurs, certains disent même que la malaria est une maladie de la « Pauvreté » car les personnes pauvres sont plus victimes de la malaria. Les médicaments et les autres produits utilisés pour la prévention tels que le crème anti moustique, le Spray et les moustiquaires coûtent plus chers et s’avèrent du même coup non accessibles à la majorité de la population.

En outre, une étude faite dans 15 pays de l’Afrique montre que même les populations pauvres utilisent le savon pour la lessive, la vaisselle et la toilette. Fort de ce constat, nous avons pensé à un savon anti moustiques qui sera commercialisé à un prix accessible à la majeure partie de la population, étant donné que le savon est un produit d’usage courant et surtout qui ne va pas demander d’autres dépenses supplémentaires à la population que ce qu’elle faisait déjà.

Pouvez-vous nous dire comment ce produit a été conçu et comment il agit quand on l’utilise ?

Ce savon est conçu à partir des ressources naturelles locales et permet à son utilisateur d’être protégé contre les piqures de moustiques après la douche. Mais l’autre réalité aussi est qu’en Afrique où certains pays trainent les pieds dans l’assainissement, les moustiques ne peuvent pas s’aventurer dans l’eau qui sortira des toilettes de quelqu’un qui a utilisé Faso soap.

C’est déjà une grande avancée quand on sait que les eaux usées sont généralement le nid des moustiques que ce soit en ville ou en campagne.

Pourquoi l’avoir baptisé Faso soap ?

Ce nom a été choisi parce que nous comptons démarrer nos activités d’abord ici au Burkina Faso avant de toucher les autres coins de l’Afrique. Et puis n’oubliez pas que nous étudions au Burkina et que le duo s’est retrouvé dans ce pays ! Nous voulons faire de ce produit un label de qualité qui portera haut le nom du Faso et partant, de toute l’Afrique.

Quel rôle voulez-vous que Faso Soap joue chez l’homme en matière de santé et d’économie ?

savon anti palu 1Nous voulons réduire les risques d’attraper le paludisme en protégeant la population contre les piqûres de moustiques avec l’utilisation de savon et par conséquent diminuer les dépenses de soins de santé liées au paludisme au sein de la population.

Il faut noter aussi qu’une personne souffrant du paludisme perd en moyenne 5 jours de travail. L’utilisation de notre savon permettra aussi l’augmentation de la productivité de la population car nous aurons désormais des hommes et des femmes sains qui n’auront plus à craindre le palu et ses conséquences.

Quand est-ce que ce produit sera-t- il commercialisé ? Son coût sera-t- il à la portée des africains qui sont victimes du paludisme mais qui sont très pauvres pour la plupart ?

Nous devons parfaire notre formation tout en continuant de travailler sur notre projet afin que dès la fin de notre formation, on puisse démarrer avec l’entreprise. Notre objectif est que le savon soit accessible à la majeure partie de la population africaine. On va commercialiser le savon anti palu à un prix très compétitif.

Ce savon qui lutte contre le paludisme ne pourra-t-il pas remplacer le vaccin qui tarde à venir ?

Notre savon ne vient pas remplacer les autres initiatives en matière de lutte contre le paludisme, mais c’est une contribution. Nous espérons que toute solution qui permettra à la population africaine d’être soulagée de ce mal qui a longtemps duré serait la bienvenue.

Avez-vous déjà songé à protéger votre invention avec un brevet au niveau de l’OAPI pour éviter d’éventuelles déconvenues et ennuis judiciaires à l’avenir ?

Pour des raisons d’éthiques professionnelles, nous nous réservons de répondre à cette question.

Comment s’est déroulé le concours à Berkeley ?

A Berkeley, on a affronté des meilleures équipes qui ont été sélectionnées dans le monde entier et ce n’était pas facile pour nous surtout qu’on venait d’un pays francophone. Mais malgré les barrières des langues, nous sommes arrivés à convaincre non seulement le jury mais aussi le public avec Faso soap.

Que vous a rapporté le 1er prix ?

Ce prix constitue un coup de pousse dans la réalisation de ce projet porteur d’espoir pour l’avenir de notre continent. C’est une reconnaissance qui nous réconforte pour la suite du projet. Mais en terme purement matériel, nous dirons qu’en plus du trophée, nous avons eu droit à 25 000 dollars US pour le 1er prix du jury et 1500 dollars US pour celui du public.

Ya- t-il déjà des unités industrielles ou des institutions qui manifestent de l’intérêt pour votre produit ?

A cette question aussi, nous nous réservons de répondre pour les mêmes raisons d’éthiques professionnelles. Veuillez-bien nous excuser.

En vous mettant à deux pour travailler sur ce business plan, avez-vous un rêve ? Si oui lequel ?

« L’Union fait la force » ! Notre rêve c’est la réussite de ce projet et de voir l’Afrique, notre cher continent, avancer dans son élan de développement.

On observe que les Africains ont apporté peu de choses dans le panier des inventions ces dernières années. Doit-on désormais compter avec des jeunes comme vous pour changer la donne ?

Comme l’a dit quelqu’un : « Le monde appartient aux optimistes et les pessimistes ne sont que des spectateurs ». Nous sommes persuadés qu’en Afrique, il y a de gens intelligents, avec de meilleures idées et compétences au même titre que les Européens, les Américains… On ne doute pas que demain ou après-demain, les choses peuvent changer. Nous rêvons de voir beaucoup d’Africains inscrire leur nom sur de grandes inventions qui feront avancer l’humanité.

Avez-vous un souhait ou un voeu à émettre ?

Notre souhait, c’est de voir les Africains sortir de la pauvreté et de la misère.

Auriez-vous un appel éventuel ?

Notre appel est de considérer nos différences ethniques, religieuses, politiques… comme des opportunités et non comme des sources de conflits pour trouver ensemble des solutions à nos problèmes communes.

Qu’avez-vous à dire à vos camarades jeunes ?

Nous dirons aux jeunes de ne jamais désespérer car l’avenir est dans leurs mains et l’Afrique sera ce qu’ils auront voulu qu’elle soit !

Interview réalisée par Touwendinda Zongo au Burkina Faso

PARTAGER