Modern technology gives us many things.

Goudomp, une ville à mille problèmes : un litige foncier qui dure depuis…

goudomp 1Plus de trente ans après son érection en commune, le troisième lotissement de Goudomp fait l’objet de vives controverses. S’érigeant en sentinelle, des jeunes unis dans une convention, s’invitent dans la danse au moment où la mairie et les planteurs  recherchent depuis une décennie un terrain d’entente.

La réalisation du projet de troisième lotissement de la commune de Goudomp butte sur  le  refus des planteurs et des propriétaires. Le bras de fer dur depuis des années.Les deux parties peinent encore à obtenir « le consensus, dans le plus grand intérêt de la commune afin de passer à la prochaine étape consistant à discuter des modalités de distribution de parcelles restantes aux autres demandeurs ».

Au cours d’une rencontre tenue le 22 décembre 2013 avec les planteurs et les demandeurs de parcelles, le Maire a tendu la main à ces derniers en leur invitant à faire preuve de tolérance pour profiter de l’opportunité de faire  de « la commune un havre de paix et un monde d’opportunités  d’une vie meilleure…pour toutes les générations à venir ».  En effet, dû à une croissance naturelle accélérée et l’intégration d’une dizaine de villages abandonnés à cause de la crise casamançaise, Goudomp érigée en commune en 1990 a connu un  accroissement exponentiel de sa population estimée à 20 000 habitants. Dès lors, «près de 3000 demandes de parcelles à usage d’habitation provenant des résidents à Goudomp et de personnes vivant hors de la commune sont enregistrées à la Mairie »,informeLe Maire qui rappelle la nécessité de faire face à cet enjeu de taille pour une jeune commune devenue chef-lieu de département depuis 2008 et qui doit, à cet  effet, trouver un local à une quinzaine de nouveaux services administratifs . 

Abdoulaye Bosco Sadio, qui veut convaincre, souligne que l’importance de la population d’une collectivité joue fortement sur son envol : «Plus la commune est peuplée, plus elle attire de nouveaux arrivants dont les investisseurs ». Pour le Maire libéral favorable à lasatisfaction de toutes les demandes, la Commune a tout intérêt à satisfaire le plus grand nombre de demandes. Car, selon lui, la population d’une commune impacte positivement sur l’implantation des « infrastructures socioéconomiques, culturelles et sportives, la grandeur de  son poids politique au plan départemental, régional et national, la performance de son capital humain d’intellectuels, d’artisans, d’artistes, de sportifs, la diversification et la prospérité de son économie et les opportunités d’emplois de ses habitants ».C’est ainsi que le lotissement dont les bornes ont été implantées depuis 2009  et qui a coûté à la Mairie 5 millions de francs CFA et 40 lots pourle paiement en espèces et en nature des géomètres « a donné 2075  parcelles à usage d’habitation et 32 réserves destinées à abriter des édifices publics : services, cimetières, marchés, mosquées, aires de jeu, etc… »

 goudompCet appel pathétique du Maire semble être positivement perçu par certains planteurs. Ceux-ci appellent à la fin des hostilités pour profiter des « immenses opportunités de développement socio-économique et culturel qu’offre le lotissement de la commune ». Des planteurs qui se rangent désormais, derrière le Maire  qui, selon eux, a « mené avec succès le processus du lotissement presque jusqu’ à terme, en dépit des nombreux écueils rencontrés depuis 2003 », parlent désormais du mérite du projet. « Tous les lotissements antérieurs de Goudomp se sont accompagnés inexorablement de dépossessions de terres, voire de démolitions d’habitations », reconnaissent-ils à travers une déclaration du 29 décembre 2013. Ce groupe invite les bonne volontés à poursuivre les discussions avec les autres propriétaires des champs lotis et les planteurs pour que ceux-ci acceptent « la demande de partage rappelée par le Maire et ayant fait l’objet d’un consensus depuis 2005, au nom de l’intérêt supérieur de Goudomp, soit 40 % de lots aux propriétaires et 60% à la Mairie » 

Des jeunes brandissent la hache de guère

 

Mais d’autres planteurs n’entendent pas de cette oreille. Ils ont le soutien des jeunes qui semblent jouer le rôle de sentinelle à travers une convention qui s’érige en bouclier pour défendre l’intérêt supérieur de la commune de Goudomp.

Réunie, le Mardi 1er janvier 2014 à l’école 1 de Goudomp, la Convention des Jeunes s’est penché cette épineuse question du lotissement à Goudomp. Les jeunes s’offusquent d’être écarté. « Le maire  et  ses conseillers ont effectué plusieurs rencontres sans convier les jeunes », lit-on dans le procès-verbal qui précise que « cette démarche du maire a été vivement décriée d’autant plus qu’elle vise à minimiser la partie la plus importante de la population que sont les jeunes ». Le président de cette structure qui exige « la refonte du fichier des demandeurs » parle de « l’existence de deux documents controversés où le nombre de lots annoncés est loin d’être fiable ». Mieux, « il n’y pas trois mille(3000) demandeurs de parcelles à Goudomp », balance-t-il. Toutefois « le lotissement  est indispensable », admet le porte-parole des jeunes. Seulement, « faudrait-il que cela se passe dans les règles ». La convention des jeunes qui n’a plus confiance à l’équipe municipale veut siffler la fin de la récréation  en appelant à « la mise sur pied d’une commission autonome officielle qui va se pencher sur la gestion du lotissement dans la commune de Goudomp ».

Cette commission qui est appelée à « impliquer les délégués de quartiers et la société civile » sera chargée de revoir « les modalités de distribution des lots de la bande verte et de toute espace non viabilisée du territoire communal». Il s’agira de supprimer « le système de quota préconisé par la Mairie au profit des conseillers, des agents en service dans la commune et autres personnes  tapis dans l’ombre ».

Selon les jeunes, les lots ne doivent pas être octroyé, de prime abord, aux autochtones ». Se montrant soucieux de l’avenir de leur localité, les jeunes  veulent « la réduction du nombre de lots au moins à mille » et trouvent  la distribution de trois mille lots exorbitante. « A ce rythme les générations futures n’auront plus de parcelles et cela marquera la fin du lotissement à Goudomp ».  Brandissant la hache de guerre les jeunes  qui soupçonnent un parfum de micmac dans cette affaire, sont décidés à « traquer  tout fossoyeur impliqué dans des promesses et  engagements financiers auprès des tiers en échange d’éventuels lots ».

Enfin la convention des jeunes de Goudomp favorable à « la mise en place d’un plan d’urbanisation moderne  et innovante de la Nouvelle Commune à l’horizon 2020 »,  souhaitant le dialogue, veut être impliqué dans « un comité de médiation qui sera composé des acteurs sociaux suivants: les deux entités en conflits (la mairie et le collectif des planteurs et des propriétaires terriens), l’association des imams et oulémas, le clergé catholique, le Forum civil, le représentant d’Amnesty International et les communicateurs traditionnels ».

C’est pour désamorcer cette bombe à retardement que les politiques risquent d’utiliser à souhait pour faire débarquer l’actuelle équipe municipale aux prochains locaux.

Ousmane Demba/Sédhiou.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.