Modern technology gives us many things.

Gamou 2014 : Pitié ! Au nom du Prophète, sauvez nos écoles arabes !

école arabeLe Maouloud ou Gamou (en wolof) commémore la naissance du Prophète de l’Islam mais aussi la vulgarisation de la Sunna (recommandations du Prophète). Et la langue officielle pour véhiculer tous ces enseignements est la langue arabe. Et cette langue souffre au Sénégal du manque d’infrastructures. Les mosquées fleurissent dans tous les coins et recoins du Sénégal avec à la clé des financements gigantesques. Pendant ce temps les écoles coraniques meurent faute de moyens. Xibaaru a visité certaines écoles où l’on apprend la langue arabe dans des conditions drastiques.
Bignona — Les écoles d’enseignement coranique ou arabe du Sénégal sont généralement dans une situation de précarité inquiétante.

école arabe 1Mais à Bignona, ces écoles connaissent un triste sort. Elles sont pour la plupart des écoles privées appartenant à des marabouts ou à des associations villageoises qui les ont implantées pour contribuer à l’éducation des enfants. Certes, les enfants reçoivent une formation mais dans une situation lamentable. L’enseignement se fait ici dans des conditions inimaginables, des classes étroites et mal éclairées et pour la majeure partie en huttes avec de la poussière partout. Le pire est que les enfants n’ont même pas où s’asseoir, les parents sont obligés de trouver un petit banc pour chacun des tout-petits qui fréquentent ces écoles. Au moment où l’état pense à la revalorisation de l’enseignement arabe et à sa modernisation, les responsables de ces établissements retiennent leur souffle. Les enseignants qui servent dans ces écoles sont payés à partir des frais dérisoires payés mensuellement par chaque élève ; dans la commune de Bignona c’est 500f/mois et dans les villages la mensualité varie entre 150f et 250f. Malgré tout, certaines écoles existent depuis plus de trente ans dans ces conditions-là. La main de l’état est attendue pour soulager et abréger la souffrance des enseignants mais surtout celle des enfants qui en ont besoin pour avoir les mêmes chances de réussir leur vie que ceux qui sont dans les autres écoles (françaises).
Mamadou Lamine Badiane/
Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.