policiers accusentTirer et blesser par balle quatre élèves dont deux grièvement est une responsabilité que personne ne souhaite endosser. C’est justement ce qui ressort de la démarche des enquêteurs commis par le ministère de l’intérieur pour faire la lumière sur l’implication du sous-préfet de Djiredji et de deux policiers dans cette affaire de fusillade  dans l’espace scolaire à Sédhiou. Le ministère veut en savoir plus sur cette scène de violence consécutive à une grève des potaches déclenchée le 11 Décembre dernier et qui a dégénéré sur l’utilisation d’armes à feu.  Les fouineurs ont fait face à des présumés auteurs qui s’en lavent les mains en s’accusant mutuellement. « Ce n’est pas moi qui ai donné l’ordre de tirer », se dédouanerait le sous-préfet, la main sur le cœur. La soixantaine révolue, Adama Thiaw qui est à la tête de cette jeune sous-préfecture depuis septembre 2008, accusent les deux policiers qui étaient de garde ce jour-là. Mais ces derniers ne l’entendent pas de cette oreille : « nous sommes là pour vous » se défendrait l’un des policiers qui, dans ces explications, aurait fait comprendre qu’ils n’ont pas agi de leur propre derechef. Pour preuve, «  nous ne disposons même pas du numéro d’appel du principal » balance le policier en chef. Cette séance de dénégation et d’accusation mutuelles rend la tâche difficile aux enquêteurs  du ministère de l’intérieur. L’une des victimes pourrait être transférée à Dakar. Si l’on en croit à des sources proches du dossier, l’état de santé des deux élèves, grièvement atteints par des balles réelles, reste dégradant. Ils souffrent de fractures ouvertes, l’un aux bras et l’autre à la cuisse. Il s’agit respectivement de Abdoulaye Kawara, élève en classe de 3e C et originaire de Karantaba, un village de la communauté rural de Djiredji, et de Fidel Sadio, originaire du village de Thinthinkrou. Elève en classe de 6em B, Fidel a reçu les plombs au niveau de la cuisse. La proximité de la blessure avec les parties intimes rendrait le traitement de la fracture assez complexe pour les toubibs de l’Hôpital régional de Ziguinchor où sont évacués les deux blessés, faute de radiologie à Sédhiou. Fidel, si l’on en croit  des proches, pourrait être évacué à Dakar. ‘’Son Etat de sante inquiète ses proches qui craignent  une amputation’’ confie notre source.

OUSMANE DEMBA/Sédhiou.xibaaru.com

PARTAGER