Modern technology gives us many things.

Le front social en ébullition : la Présidentielle en cause

C’est devenu une habitude, à chaque fois que des élections se profilent à l’horizon ou que le Sénégal doit avoir des hôtes ou qu’un événement important se prépare, c’est le branle-bas de combat dans les centrales syndicales. Le nettoiement, la santé, les transports, le système éducatif, etc., sont paralysés les uns après les autres. C’est le seul moyen, justifient les grévistes, de voir leurs doléances satisfaites. Mais, à voir comment le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne se démène ces derniers temps pour décanter les situations, on peut difficilement leur donner tort.

front social

Tenez par exemple, à quelques jours seulement de la venue du Président français à Dakar, les concessionnaires du nettoiement initient un mouvement d’humeur. Résultat, en une journée seulement de grève, la capitale croule sous les ordures, la toile s’affole, les politiques s’en emparent comme d’un os à ronger. Et c’est le PM, qui a rencontré les grévistes, qui a sauvé encore fois les meubles. Il a promis de leur verser plus de trois milliards sur le sept que leur doit L’État en attendant de compléter le reste. Un problème d’une urgence capitale qu’il fallait régler le plus vite possible. En effet, il n’est pas convenable de recevoir un hôte dans une maison puante de déchets. D’où la diligence du gouvernement.

Ce fut pareil lorsque les aiguilleurs de l’AIBD avaient bloqué le fonctionnement de l’aéroport alors qu’il venait juste d’être inauguré. C’est le Premier ministre qui s’était occupé du problème dare-dare. Mais, ce qui est sûr, c’est que les autres syndicats, galvanisés par ce geste de l’Etat, vont intensifier leur lutte. Et il ne faut pas s’attendre à ce que les choses se tassent avant la Présidentielle. Ce ne sont pas les libéraux qui diront le contraire. L’année 2011 est restée dans les annales de l’histoire politique du Sénégal. Mais contrairement au PDS, le régime de Macky Sall a su se préserver des coupures d’électricités intempestives, de la hausse des denrées de premières nécessité qui intéressent plus les gorgorlus.

1 commentaire
  1. BABA dit

    Mon vieux quel commentaire bizarre.

Les commentaires sont fermés.