Modern technology gives us many things.

Fin du procès Khaf: le verdict du juge Lamotte très attendu

C’est aujourd’hui que vont se terminer les plaidoiries dans le cadre du procès Khalifa Sall. Après un mois de procès, le maire de Dakar sera bientôt fixé sur son sort. Après avoir entendu les arguments des deux parties, le juge Malick Lamotte va fixer la date du verdict de cette affaire de la Caisse d’avance de la Ville de Dakar.

Dès le début de ce procès, le juge Lamotte a mis d’accord la partie civile et la défense sur sa personne. Même s’il est attendu au tournant, il bénéficie d’un certain crédit surtout lorsqu’on voit la manière dont il a dirigé le procès au tribunal, n’hésitant pas à recadrer les uns et les autres au besoin. D’ailleurs, même Barthélemy Dias, connu pour tirer sur tout ce qui se bouge, avait dit avoir confiance au juge Lamotte à condition, précise-t-il, qu’on le laisse tranquillement faire son travail.

Toutefois, avec toute la crédibilité qu’on lui donne, il ne serait pas étonnant de le voir vilipendé s’il donnait un verdict contraire aux attentes des uns et des autres. Car, cette affaire a été tellement politisée que quel que soit le jugement rendu, c’est le régime de Macky Sall qui risque d’en pâtir à tous les coups. En effet, si jamais Khalifa Sall est relaxé, ce serait une injustice qui coûterait cher à l’Etat et s’il est condamné, on accusera toujours Macky de s’être débarrassé d’un adversaire politique. Ce qui est loin de renvoyer une bonne image de la démocratie.

Reste à espérer que le juge, loin de toutes ces considérations d’ordre politique, donne un verdict en adéquation avec la justice compte tenu des faits et des arguments qui lui ont été présentés.

1 commentaire
  1. Mayday dit

    Abî ‘Al-‘Awâm a dit :
    ‘Oumar Ibn al-Khattâb a écrit à Moûssâ al-Ach’arî en ses termes :
    Après cela, rendre la justice est une obligation indiscutable et une tradition qu’il convient de suivre. Sois attentif aux cas qui te sont soumis, car il est inutile de proclamer la vérité sans l’appliquer. Montre-toi juste envers tous afin que le noble ne puisse espérer ta partialité, ni le faible désespérer de ta justice. C’est au plaignant de fournir la preuve ; le défenseur doit, pour sa part, prêter serment. Le compromis entre musulmans est permis, sauf lorsqu’il transforme ce qui est illicite en licite et inversement. Si tu rends un jugement puis reviens sur ta décision après réflexion, ta première sentence ne doit pas t’empêcher de te rétracter : il est préférable de revenir à la vérité que persévérer dans l’erreur.
    Étudie longuement les questions qui te troublent et auxquelles ni le Coran ni la Sounnah (tradition prophétique) n’apportent de réponse. Réfère-toi aux cas similaires, raisonne par analogie (Qiyâs) et choisis la solution qui serait la plus susceptible de plaire à Allâh, et la plus proche de la vérité. Accorde au plaignant un délai pour fournir la preuve dont il a besoin. S’il l’apporte, rends-lui sont droit ; sinon, rends la justice selon la législation. Tout musulman peut témoigner à l’exception de celui qui a été condamné à une peine, celui dont un précédent témoignage s’était révélé faux et celui qui est susceptible d’être partial en raison d’un lien de parenté : Allâh Seul connaît les secrets enfouis dans les cœurs et vous livre des preuves pour vous épauler dans votre tâche. Ne te montre pas ambigu, mécontent et impatient lors des audiences car les jugements portés dans les lieux avec une intention pure, Allâh leur suffira à établir la vérité, tandis que ceux qui se forgeront une image auprès des autres se verront déshonorer par Allâh. Certes Allâh le Très Haut n’accepte rien de Ses serviteurs si ce n’est de ceux qui sont sincère. Souhaites-tu donc obtenir la récompense et la miséricorde d’Allâh ?
    Que la paix et la miséricorde d’Allâh soit sur toi. [1]
    NOTES
    [1] I’LAM AL-MOUWAQI’IN ’AN RABB IL-’ÂLAMIN DE IBN AL-QAYYIM, 1/158-159

Les commentaires sont fermés.