Modern technology gives us many things.

En Casamance, tout le monde est rebelle : l’Armée ne fait pas de distinction (Reportage xibaaru)

rebelles 3L’accalmie notée dans la crise armée en Casamance n’a pas changé les
veilles méthodes et les anciennes pratiques. Rien n’a presque changé
véritablement. En effet, arrivés au niveau de chaque check point
militaire, les passagers descendent des véhicules de transport, tous
sont soumis à un contrôle d’identité. Ils se mettent en rang et
marchent environ 20 à 30 mètres pour rejoindre leur véhicule qui est
obligé de se détacher du lot. Certains voyageurs sénégalais
comprennent mal ce dispositif de l’armée qui, le temps de dépasser une
base militaire, les traitent comme des étrangers dans leur propre
pays. Tout le monde descend ; jeunes, enfants, vieux, hommes, femmes
et même les personnes malades. Votre site s’est rendu sur place pour
essayer de comprendre mais notre reporter à eu droit à cette réponse
de l’un des  rares éléments de l’armée qui a accepté d’ouvrir la
bouche : « fais ton travail et nous nous faisons le notre mais pas de
photo, pas de caméra. Nous sommes en service commandé et nous recevons
des ordres que nous exécutons, ça ne nous plait pas de faire descendre
les passagers mais situation oblige ». Et notre reporter s’est mis aux
ordres de son chef du moment mais sans s’en arrêter là. Xibaaru a
approché les passagers et un vieux de près de 75 ans a déclaré ceci «
nous sommes devenus tous des malfaiteurs dans notre pays et on nous
traite comme tel ». Cette déclaration du vieux B.B a obligé xibaaru à
retourner vers les éléments de l’armée pour leur demander qui a donné
cet ordre mais silence total, la grande muette est revenue cette fois
et a pris le dessus sur l’émotion de départ.
rebelles mfdc 1Il faut reconnaître que l’armée sénégalaise fait un excellent travail
dans le cadre de la sécurisation des personnes et des biens dans cette
partie du pays. Elle a connu des succès et malheureusement des pertes
qu’il n’est pas opportun de rappeler. Elle a toujours été là des les
1ère heures de la crise aux côtés des populations. Chaque année, au
cours du dernier trimestre, l’armée renforce son dispositif
sécuritaire notamment au mois de Décembre. Rappelons que cette crise a
été déclenchée un certain 26 Décembre 1982. Et à l’approche de ce
regrettable anniversaire, tous les esprits  se brouillent même celui
de ceux qui sont chargés d’assurer la sécurité des populations. Le
mois de Décembre a été l’un des plus sanglants depuis le début de ce
conflit.
Mais ce dispositif de contrôle de l’armée en vaut-il la peine ? Est-ce
qu’il participe à apaiser les esprits des citoyens sénégalais ? Non,
nous a dit un voyageur, « au contraire, ils empêchent aux gens
d’oublier et de dépasser ces moments douloureux de l’histoire ».
Certains pensent que « l’armée est en train de laisser tomber sa
vocation psychologique, elle crée la peur chez les citoyens sénégalais
qui circulent en Casamance ».

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.