Modern technology gives us many things.

Emile Badiane, 41 ans après sa mort : sa vie et son œuvre inachevée pour la Casamance

emile badiane 1Les hommages rendus à Emile Badiane en 2012 à l’occasion du 40ème anniversaire de sa mort se poursuivent. Après Dakar, Ziguinchor et Bignona, le village de Tendième rend hommage à son valeureux fils. La date anniversaire de sa mort (22 Décembre) a été mise à profit pour revisiter la vie, la carrière et l’œuvre d’Emile Badiane à l’initiative du collectif des cadres casamançais.
Né en 1915 à Tendième, Emile Badiane était un homme doué dès son bas-âge et incarnait plusieurs facettes, c’est pourquoi on le qualifiait avec triptyque « le paysan, l’éducateur, l’homme d’état ».

Emile Badiane le paysan

Le paysan, parce que non seulement il était fils de paysan, Emile était lui-même, malgré son rang professionnel, un paysan dévoué et pratiquant car il croyait beaucoup à cette noble activité. Son père, Hilaire Badiane, l’envoya très tôt à l’école à une période où aller à l’école n’était pas du tout évident. Malgré tout, Emile a bravé toutes les contraintes pour faire tous les jours les six kilomètres qui séparent Tendième et Bignona pour aller étudier.

Emile Badiane l’éducateur

Il atterrira par la suite à l’école William Ponty de Gorée où il fera un parcours exceptionnel pour terminer major de sa promotion. Ce parcours, il l’a fait grâce à sa grande intelligence et à sa prodigieuse capacité d’imagination. Il excellait en français, en mathématique et même en sciences naturelles et en dessin. Emile va devenir après un instituteur qui était capable d’enseigner les maths et les sciences aux élèves de la 6ème à la 3ème. Pour son amour avoué à son terroir,  Emile, major de sa promotion, avait demandé à être affecté en Casamance. Ce choix était aussi motivé par son attachement à la culture de chez lui.

Emile badiane l’homme d’état.

Très jeune, Emile a milité à l’Union Progressiste Sénégalaise (UPS). Mais son attachement à son terroir le conduira régulièrement dans les villages, même le plus reculés de la Casamance. Il faisait des kilomètres à pied pour aller à la rencontre de ses militants qui étaient persuadés qu’Emile « l’homme du peuple » serait au rendez-vous. La force et la pertinence de son verbe ont fait de lui un homme politique convaincant et écouté. Armé des promesses de Senghor, alors candidat au poste de député des sujets français pour supprimer l’indigénat, Emile et les siens vont abattre un travail de titan auprès des masses paysannes casamançaises, jusqu’ici très peu politisées, pour les faire adhérer massivement au BDS. De retour au niveau central, Emile a toujours plaidé avec conviction les  problèmes auxquels sa Casamance était confrontée. Emile était aussi un ami de Senghor, un frère et un confident du Président poète qui a très tôt découvert chez cet homme son intelligence, son pragmatisme et sa loyauté sans faille. Malgré tout, Emile gardait son franc parlé, il savait dire non quand il n’était pas d’accord avec Senghor. Il deviendra par la suite Ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnel puis Ministre de la coopération.

Le Fondateur du MFDC

Autre œuvre politique, Emile Badiane est membre fondateur du mouvement des forces démocratiques de Casamance(MFDC) différent des orientations et des motivations du MFDC actuel. Le MFDC originel, mouvement politique créé par Emile et ses amis à Marsassoum (région de Sédhiou actuelle) en 1947était un cadre proposé par Emile et ses camarades pour combler le vide politique créé par l’éloignement et l’enclavement de la Casamance. C’est un mouvement de récupération politique pour massifier le BDS, c’est pourquoi, en 1954, le MFDC va intégration définitivement le BDS sous l’impulsion de Emile Badiane et Ibou Diallo, un autre fils de la Casamance.

Sa mort

rond point émile badianeEmile est mort le 22 Décembre 1972 laissant derrière lui de grands projets pour sa Casamance naturelle. Mais aujourd’hui. La Casamance regrette  la mort de cet homme qui aurait dû éviter certaines choses vécues en ce moment. Ce n’est pas pour rien que plusieurs lieux ou édifices portent son nom ; le rondpoint Emile Badiane de Bignona, le pont Emile Badiane de Ziguinchor et même une rue ou avenue Emile Badiane à Dakar. Une place lui sera dédiée à Tendième et la pause de la 1ère pierre s’est faite ce Dimanche à l’occasion de la sera toujours un exemple pour les casamançais, un homme complet. Autre héritage d’Emile Badiane, il était un promoteur du dialogue islamo-chrétien. Dans son village natal, Tendième, musulmans et catholiques cohabitent parfaitement ; il n’est pas rare ici de voir les musulmans aller à l’église, quand il le fallait pour communier avec leurs frères et vice versa, Emile est passé par là. L’œuvre de cet homme est tellement immense qu’elle ne peut pas se contenir dans un livre.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.