tueur brésil comaÀ São Paulo au Brésil, une femme blessée par balle s’est réveillée dans la même chambre d’hôpital que son agresseur, qui venait également de tuer sa fille de 5 ans et son mari.

Samedi 9 novembre vers 10h30 heure locale, José Cosme Barros, un agent de sécurité de 63 ans, son épouse Naircleide Duarte, 28 ans, et leur fille de 5 ans Julyana se rendaient à un bureau de poste de Mogi das Cruzes, ville de l’agglomération nord de São Paulo, pour y déposer la lettre de la fillette au Père Noël. La famille, montant dans un bus, est alors prise à partie par un individu, armé d’un calibre 9 mm, qui aurait demandé à la mère si elle était «une femme déterminée». Le mari, qui tente de s’interposer, reçoit alors deux balles en pleine tête et décède sur le coup. Le voleur braque ensuite l’arme sur la femme, qui lui supplie d’épargner sa fille. Il tire plusieurs coups de feu en direction de la mère et de l’enfant, puis assène un coup de crosse à Naircleide avant de prendre la fuite. La fillette meurt sur place tandis que la jeune femme est transportée d’urgence dans un hôpital de Mogi das Cruzes, dans un état critique. Lorsqu’elle reprend connaissance, lundi, elle découvre avec horreur que le meurtrier est hospitalisé dans le même service, à quelques mètres d’elle.

Victime à son tour d’une fusillade

Quelques heures seulement après le crime, le tireur, Lucas Ribeiro do Nascimento, 27 ans, se serait en effet retrouvé mêlé à une bousculade dans une boîte de nuit, où il est blessé par balles à son tour, selon la main courante de la police. Toujours inconscient, il a pu être reconnu par des témoins de la première scène, tandis que les vidéos des caméras de sécurité du bus semblent confirmer son identité.

Bien connu des services de police locaux, notamment pour vols et homicides, Lucas Ribeiro do Nascimento devrait être écroué. Néanmoins, après une première perquisition à son domicile, la police n’a pu retrouver l’arme du crime.

À ce stade de l’enquête, on ignore toujours si la famille a été agressée en raison du métier du père, si elle était mêlée d’une quelconque façon à la mafia locale ou s’il s’agit seulement du geste d’un déséquilibré. São Paulo fait partie des grands centres urbains du Brésil gangrené par la délinquance et le crime organisé. Selon des statistiques du département d’État de la Sécurité publique, 37 personnes ont été tuées à Mogi das Cruzes, entre janvier et septembre de cette année.

PARTAGER