Modern technology gives us many things.

Elections sans surprise en Guinée équatoriale

obiangLes électeurs de Guinée équatoriale sont appelés, ce dimanche 26 mai, à renouveler leur Assemblée nationale et à élire leurs sénateurs et représentants locaux. L’issue de ces élections fait peu de doute même si sur place, la situation s’est tendue ces dernières semaines. Les membres du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), formation fondée et présidée par Teodoro Obiang Nguema qui dirige le pays depuis 33 ans, détient une majorité écrasante de sièges de députés.

Ces élections, comme les autres en Guinée équatoriale, ne réservent aucun suspense en dehors du taux de participation. Le parti fondé et présidé par Teodoro Obiang Nguema devrait à coup sûr remporter une écrasante majorité des sièges à l’Assemblée nationale et dans le Sénat qui verra le jour. Signe de cette domination sans partage, l’opposition a peu de chances de perdre des députés : elle ne dispose jusque-là que d’un siège sur les cent que comporte l’Assemblée.

Le pouvoir n’est pas menacé par ces élections mais il n’est pour autant pas totalement serein. Mi-mai, une manifestation contre le régime a été empêchée et plusieurs opposants, arrêtés à cette occasion, restent en détention.

Quelques jours plus tôt, les autorités avaient semble-t-il imposé leur main de fer sur Internet. Facebook et les sites de plusieurs partis avaient été bloqués. « Un virus informatique venu de l’extérieur », avait alors assuré le gouvernement. Accuser l’étranger d’ingérences est devenu l’une des recettes du pouvoir. Après que des opposants ont appelé Paris et Washington à « les aider à en finir avec le régime », le président Obiang a menacé de révoquer la coopération avec ces deux capitales.

La France et les Etats-Unis se montrent pourtant avares en critiques sur la politique menée à Malabo. En revanche, c’est dans ces deux pays qu’ont été engagées des enquêtes sur le patrimoine du fils du chef de l’Etat.

Les commentaires sont fermés.