Modern technology gives us many things.

Elections aux Sénégal : à quand les débats télévisés ?

Dans les démocraties avancées, avant chaque élection, les candidats doivent se soumettre à des débats télévisés qui porte sur les programmes des candidats. Et, en fonction de la pertinences des réponses fournies et des projets de chacun d’entre eux, les citoyens peuvent choisir en toute liberté pour qui ils veulent voter. Le Sénégal, qui veut être un modèle de démocratie en Afrique, est à la traîne par rapport à des pays comme le Bénin ou l’Ouganda, qui, en 2016, ont organisé des débats télévisés qui ont opposé les présidents sortants et le ou les candidats de l’opposition en vue de leurs élections présidentielles.

Mais dans notre pays, l’opposition a tendance à être nihiliste, se contentant de réprouver presque tout ce que fait le pouvoir en place sans jamais faire des propositions concrètes. Dès fois même, comme c’est le cas actuellement, leur principale activité consiste à réclamer la libération de tel opposant, des accusations de mal gouvernance, des critiques sur tout et dans tous les domaines, de la manipulation… « Est-ce qu’ils ont des projets alternatifs ? Qu’est-ce qu’ils comptent faire dans le domaine de l’agriculture ? Qu’est-ce qu’ils comptent faire dans la promotion des PME qui comprend différents mécanismes dont le Fongip, le Fonsis, etc. ? Qu’est-ce qu’ils comptent faire en direction des jeunes ? », s’est demandé l’ex-Premier ministre Aminata Touré. Nul doute qu’ils ont des programme bien ficelés, mais ils ne servent à rien s’ils ne sont pas partagés avec ceux dont ils convoitent les suffrages.

D’un autre côté, les hommes politiques sénégalais n’ont pas l’habitude, quand ils ne sont pas encore au pouvoir ou quand ils l’ont quitté, de mettre la main à la pâte quand il s’agit d’aider les populations. Ils se contentent de s’apitoyer sur le sort de leurs concitoyens alors même qu’à y regarder de près ils sont mille fois mieux lotis. Certains donnent de l’argent à des nécessiteux mais leurs actions peuvent être beaucoup plus larges s’ils se décidaient à créer de l’emploi. Mais, ils n’aident les populations que quand ils ont les rênes du pays et plus rien quand ils n’ont plus les manettes. Il faut dire que la plupart n’ont que la politique comme métier, du coup, ils n’ont pas les ressources nécessaires pour faire dans l’investissement.

Il est donc temps qu’au Sénégal, les citoyens et la classe politique fassent l’effort d’être beaucoup plus exigeants envers eux mêmes. Lorsqu’on veut ce qu’il y a de mieux, il faut se départir du sentimentalisme et privilégier l’objectivité. Idem pour l’opposition, ce n’est pas en dénigrant, en massacrant le travail du gouvernement qu’on participe au mieux être de la population. Et, pour ce qui est du pouvoir, ce n’est pas en maquillant la vérité ou en faisant la politique de l’autruche qu’on règle les problèmes de la population.

Les commentaires sont fermés.