Modern technology gives us many things.

Echanges de tirs entre l’armée centrafricaine et l’armée camerounaise à la frontière

Des éléments de la Séléka, coalition au pouvoir en Centrafrique, ont échangé des tirs, mardi 14 et mercredi 15 mai, avec l’armée camerounaise. Cette dernière a décidé, jeudi, de renforcer sa présence à la frontière. 

soldats camerounUn accrochage entre des membres de la Séléka et l’armée camerounaise a eu lieu, jeudi, à la frontière des deux pays. « Il y a eu des tirs, des coups de feu, de part et d’autre de la frontière (à Garoua-Boulaï, dans l’est du Cameroun, NDLR) », entre mardi et mercredi a affirmé un commercial camerounais travaillant dans la zone, soulignant que « les gens étaient paniqués et ont fui ».

Selon plusieurs sources, la présence des forces de sécurité dans les rues de la ville a été renforcée. « De l’intérieur de la ville, nous avons entendu beaucoup de coups de feu. C’était un affrontement entre les militaires (camerounais) et la Séléka. Les gens se sont éloignés du secteur », a rapporté un habitant de Garoua-Boulaï, joint par téléphone.

« Troubles à la frontière »

L’information a été confirmée à l’AFP par un responsable de l’armée. Ce dernier n’a pas été en mesure de donner plus de précisions sur les raisons et le bilan de l’accrochage. De son côté, un responsable local de la gendarmerie a fait état, jeudi, de « troubles à la frontière ».

Depuis la prise de pouvoir de la Séléka à Bangui, les forces de sécurité camerounaises avaient déjà renforcé la sécurité dans cette ville frontalière, procédant de temps à autres à des perquisitions dans des domiciles pour rechercher des armes provenant de l’armée centrafricaine. Plusieurs éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR), redoutable unité d’élite de l’armée camerounaise, y sont déployés. (Avec AFP)

Les commentaires sont fermés.